Emmanuel Macron ou le refus du repli français

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Emmanuel Macron ou le refus du repli français
Thomas Coex / AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

D’abord l’essentiel, à savoir le résultat des urnes. Reconduit dimanche pour un second mandat présidentiel avec environ 58 % des voix face à Marine Le Pen selon les estimations disponibles à l’heure d’écrire ces lignes, Emmanuel Macron, 44 ans, a réalisé une incontestable performance politique dans un pays fracturé par les colères et secoué, comme beaucoup de démocraties occidentales, par un fort vent de “dégagisme”. Performance : ce mot ne doit pas être galvaudé. Nicolas Sarkozy avait, rappelons-le, échoué à se faire réélire en 2012. Tandis que François Hollande avait, le 1er décembre 2016, dû renoncer à se représenter. Remporter un second mandat aurait été impossible pour Emmanuel Macron s’il n’avait pas, depuis mai 2017, convaincu un solide socle de Français.

Certes, la balance des sondages pesait depuis plusieurs jours nettement en faveur du chef de l’État sortant, crédité dans les enquêtes d’opinion d’une meilleure connaissance des dossiers, d’une plus grande crédibilité économique, et d’un leadership international indispensable dans le contexte de la guerre en Ukraine et de l’affrontement géopolitique en cours entre l’Union européenne et la Russie de Vladimir Poutine. Le débat télévisé du 20 avril, sans faire bouger les lignes, avait confirmé l’écart existant entre les deux finalistes de cette présidentielle. Mais encore fallait-il que les électeurs, dans l’isoloir, donnent au locataire de l’Élysée un mandat clair pour son second quinquennat. Or c’est aujourd’hui chose faite. La candidate du Rassemblement national, distancée de plus de dix points, n’a pas réussi à mettre en danger celui qui l’avait déjà battue en 2017.

Cette victoire inédite d’un président sortant prouve que, malgré ses blessures politiques profondes, illustrées par la monté des radicalités au premier tour, la République française n’est pas à terre. Même s’il a sans conteste largement bénéficié d’un vote par défaut, avant tout destiné à faire barrage à l’extrême droite, Emmanuel Macron a aussi été élu pour sa vision pro-européenne du pays, et pour la confiance qu’il a choisi d’afficher en l’avenir, tandis que son adversaire, elle, promettait d’opter pour un repli nationaliste dans tous les domaines. C’est une France ouverte, résolue à affronter le monde aux côtés de ses partenaires occidentaux, qui est sortie des urnes.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles