Emmanuel Macron promet 400 millions d'euros pour sortir le sport français de la crise

·4 min de lecture

Le président de la République a reçu, ce mardi 17 novembre en visioconférence, les acteurs du monde du sport professionnel et amateur, mis à rude épreuve depuis le début de la crise du coronavirus.

« Le président de la République est très conscient que le sport compte pour la santé et pour l’économie du pays. Il a compris la gravité de la situation économique du sport et il y aura des actions nouvelles. Il ne veut pas abandonner les acteurs du sport », avance une source de l’Élysée à RFI. Salles de sport fermées, chute des adhésions dans les clubs, pertes de billetterie dues au huis clos : le sport français pâtit du reconfinement.

Pour répondre aux SOS lancés ces dernières semaines, Emmanuel Macron s’est entretenu lors d’une visioconférence qui a duré près de deux heures trente, avec le Premier ministre et plusieurs membres du gouvernement, les acteurs du sport français, dont le président du Comité d'organisation des JO de Paris 2024, Tony Estanguet.

Une aide de 400 millions d’euros prévue

Le gouvernement devrait sortir environ 400 millions d’euros dans les prochains mois en aides diverses. En ce qui concerne le monde du sport amateur, le président de la République souhaite qu’un pass-sport soit mis en place dès 2021 pour faire revenir des jeunes dans les clubs.

L’État fera son arbitrage en début d’année 2021 et l’aide s’élèvera à 100 000 millions d’euros. Les critères de cette aide destinée aux familles pour payer l'adhésion à un club ou acheter des équipements doivent encore être définis, précise l'Élysée. Cette aide était réclamée par de nombreux acteurs, tant le comité national olympique français (CNOSF) que des parlementaires.

Selon l’Élysée, la reprise du sport en club pour les mineurs devrait se faire en décembre prochain. « Il faudra des protocoles drastiques pour les sports en indoor », précise la source élyséenne. Le chef de l'État a également promis aux fédérations un fonds de compensation des pertes de licences doté d'environ 20 millions d'euros. Enfin, 5 000 postes au titre du service civique seront affectés vers les acteurs du sport, soit une aide équivalente à 20 millions d'euros, selon l'Elysée.

Emmanuel Macron souhaite aussi la mise en place d’une campagne d’information sur les ravages sanitaires de la sédentarité. L’État veut également financer et faciliter l’accès au sport pour le public atteint de handicap.

Le sport pour une heure et à 1 km de chez soi n’a pas été évoqué. Ni la reprise du sport en club pour les adultes. « C’est un sujet du Conseil de défense », selon l’Élysée.

Pas de retour des spectateurs avant mi-janvier

Pour le sport professionnel, une exonération de charge pour les clubs professionnels est prévue et devrait coûter environ 105 millions d’euros. L’État viendra aussi compenser la perte des clubs en termes de billetterie. En effet, selon l’Élysée, les spectateurs ne pourront pas revenir avant la mi-janvier.

Emmanuel Macron a obtenu l’accord de la Commission européenne pour une enveloppe 110 millions d’euros afin de couvrir la perte en billetterie. Le dilemme était soit de continuer à jouer dans des salles vides en perdant des milliers d'euros, ou bien d'arrêter de son propre chef, donc sans être aidés financièrement via l'activité partielle notamment. Les sports dont l'économie repose le plus sur la billetterie souffrent particulièrement, comme le rugby, le basket, le handball ou le volley.

À partir de janvier, le nombre de spéctateurs maximum équivaudra à 10% de la capacité d'accueil du stade ou de la salle. Le Stade de France pourra par exemple accueillir 8000 spectateurs sur les 80 000 places possibles. Enfin, les salles de sport pourront recevoir une aide supérieure à 10 000 euros par mois, selon leur chiffre d’affaires.

Le premier confinement du printemps avait figé toute la France, stades compris au grand dam du football français. Le deuxième laisse les professionnels fouler les pelouses et les parquets mais sans spectateurs. Entre la fermeture des salles de sport, le huis clos imposé qui laisse les caisses désespérément vides, et la baisse des adhésions dans les clubs amateurs, le sport français est à la peine. Il avait reçu 120 millions d'euros lors du plan de relance en septembre dernier.

► À écouter aussi : Annonces d'E.Macron au monde du sport : « le secteur associatif est durement touché »