Emmanuel Macron pris à partie par une participante à la Convention citoyenne pour le climat

En venant à la rencontre des 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat, le président était venu parler transition écologique et climat, mais certains lui ont répondu « climat social ». Difficile pour Emmanuel Macron d’éviter le débat autour de la réforme des retraites à l’origine d’une grève qui dure depuis plus d’un mois. Une contestation à laquelle il s’est retrouvé confronté vendredi 10 janvier. Face au chef de l’État, Yolande Bouin, conseillère municipale de Douarnenez, en Bretagne, ne s’est pas démontée et s’est lancée dans un dur constat avant d’interroger Emmanuel Macron sur la justice sociale.

« Beaucoup de revendications s’expriment contre les mesures de votre gouvernement parce qu’elles réduisent les droits sociaux », a expliqué celle qui estime que le droit de manifester « n’est plus respecté ». Une prise de parole rapportée par Le Télégramme dans laquelle elle a tenu à rendre hommage à « tous ces ouvrières et ouvriers sur lesquels jamais ne ruissellent les profits ». « On a des désaccords manifestes, mais ça montre la pluralité politique de cette Convention », lui a répondu le chef de l’État avant de préciser n’avoir « jamais parlé de la théorie du ruissellement ». Pendant deux heures et trente minutes, Emmanuel Macron a répondu aux questions portant principalement sur la transition écologique.

Ces 150 citoyens ont été tirés au sort pour faire des propositions qui seront peut-être soumises à un référendum. Le président les retrouvera début avril prochain

Retrouvez cet article sur GALA

VIDEO - Carla Bruni-Sarkozy très protocolaire : "J'ai fait tout ce que voulait Elizabeth II"
Miss France : Clémence Botino répond à la polémique née avec Lou Ruat
Pour Anne-Claire Coudray, un détail peut ruiner un journal télévisé : "ça réagit très vite"
Le prince William baisse les bras : "J'ai toujours soutenu Harry mais je ne peux plus"
Emmanuel Macron : ce secret de sa victoire de 2017 avait été bien gardé