Emmanuel Macron est-il le “président des riches” ?

Réforme de la fiscalité du capital, transformation de l’Impôt sur la Fortune (ISF) en Impôt sur la fortune immobilière (IFI), création du prélèvement forfaitaire unique (PFU) au taux uniforme de 30% sur les revenus du capital, baisse de l'impôt sur les sociétés, mais aussi suppression de la taxe d'habitation pour 80% des ménages, transfert des cotisations salariales sur la CSG des retraités... Dès son élection il y a deux ans, le président Emmanuel Macron a lancé un vaste programme de réformes économiques et sociales afin de baisser la dépense publique et alléger la fiscalité des ménages, comme celle des entreprises. Son but, favoriser ceux qui contribuent à la croissance et à l’emploi ou, plus précisément, doper l’attractivité de la France pour “libérer ses énergies et générer de l’emploi”, selon les termes du président lui-même. Mais ce faisant, Emmanuel Macron est également passé aux yeux d’une partie des Français, pour le “président des riches”...

>> À lire aussi : Impôt sur le revenu, taxe d’habitation… qui sont les gagnants et les perdants depuis l’arrivée d’Emmanuel Macron ?

A-t-il vraiment fait des cadeaux aux plus aisés ? Le président Macron l’a toujours réfuté, justifiant l’orientation de sa politique par la nécessité de favoriser les investissements dans l’économie française. Mais a-t-il eu raison ? Et les 11,7 milliards d’euros de mesures en faveur des plus précaires suite au mouvement des Gilets jaunes, permettent-ils de contredire cette impression ? Le pouvoir d’achat des Français a-t-il globalement augmenté ? Qu’en sera-t-il en 2020 ? Les nouvelles baisses de charges patronales ont-elles bien permis de réduire le coût du travail et générer des embauches ? La réforme de la taxe d’habitation tant décriée pour son injustice va-t-elle dans le bon sens ? Pour nous répondre et nous aider à y voir plus clair, le Débat Capital a reçu deux experts : Mathieu Plane, économiste et directeur adjoint de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), et Victor

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Pour écourter sa tournée, le facteur jetait des lettres dans des bennes à ordures
Il installe une selle sur sa trottinette et écope d'une amende
Coronavirus : l'épidémie s'accélère avertit Xi Jinping, notre carte en temps réel
24.000 lettres retrouvées chez un ancien facteur japonais
Jean Paul Gaultier poursuivi par un couturier breton