Emmanuel Macron, un président "à la parole rare" qui se fait bien bavard

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Emmanuel Macron
    Emmanuel Macron
    25e président de la République française
Le président Emmanuel Macron lors d'un entretien sur TF1 le 15 décembre 2021 - Ludovic MARIN © 2019 AFP
Le président Emmanuel Macron lors d'un entretien sur TF1 le 15 décembre 2021 - Ludovic MARIN © 2019 AFP

"Un président à la parole rare" qui prend trois fois la parole en un peu plus d'une semaine. En à peine huit jours, Emmanuel Macron s'est en effet exprimé très longuement lors de sa conférence de presse sur la présidence tournante de l'UE puis sur le bilan de son quinquennat. Ce vendredi soir, RTL diffusera une interview enregistrée du chef de l'Etat qui a répondu aux questions de six enfants, âgés de 8 à 11 ans.

Cette multiplication de la parole élyséenne à 4 mois de la présidentielle ne doit bien sûr rien au hasard, très loin des propos tenus par Christophe Castaner en 2017. Alors ministre de l'Intérieur, celui-ci confiait que le chef de l'Etat avait "choisi un échange plus rare que ses prédécesseurs, (...), un autre mode de communication".

876450610001_6287111687001

Contrer Valérie Pécresse

C'est que le chef de l'État a beau n'être officiellement pas en campagne, il se doit d'occuper le terrain alors qu'à l'exception de sa candidature, tous les personnalités sur la ligne de départ du premier tour sont désormais connues.

L'accélération de ce tempo médiatique peut également s'expliquer par la poussée sondagière de Valérie Pécresse depuis sa victoire au congrès des LR. La candidate de la droite a gagné 11 points dans le dernier sondage Elabe pour BFM et L'Express. La patronne de la région Île-de-France l'emporterait d'une courte tête avec 52% d'intentions de vote au second tour, contre 48% pour le président sortant.

Face à la nécessité d'occuper le terrain tout en souhaitant se déclarer relativement tardivement, Emmanuel Macron a donc multiplié les dispositifs.

Faire son mea culpa

Sa conférence de presse sur la présidence tournante de l'Union européenne le 9 décembre dernier, la seconde seulement depuis le début de son mandat, lui a permis de se mettre en scène sur les grands enjeux européens qui répondent également aux problématiques des Français. Pouvoir d'achat, immigration, réchauffement climatique, jeunesse... Emmanuel Macron a assuré qu'il ferait avancer ces sujets à Bruxelles pendant sa présidence.

Son interview sur TF1-LCI ce mercredi soir visait, elle, à lui permettre de dresser un bilan de son quinquennat. Cet entretien cherchait aussi à permettre à Emmanuel Macron de faire son mea culpa sur certaines expressions qu'il avait pu avoir. Parmi ses regrets, sa phrase "les gens qui réussissent et ceux qui ne sont rien", prononcée devant des entrepreneurs lors de l’inauguration de la station F le 29 juin 2017.

"On ne peut pas dire ça. C'est terriblement blessant. Je pense que dans certains de mes propos, j'ai blessé des gens et je pense qu'on peut bouger les choses sans blesser des gens et c'est ça que je ne referai plus parce que, au moment où je l'ai fait, je n'ai pas mesuré que je blessais", a ainsi avancé le président.

Au contact des Français

Enfin, sa rencontre avec des enfants enregistrée par RTL et diffusé ce vendredi permet à Emmanuel Macron de se mettre en scène comme un président accessible, qui prend plaisir à aller à la rencontre des plus jeunes. Cette séquence fait écho à son déplacement dans le Cher et l'Allier la semaine dernière, lors duquel il a multiplié les échanges avec les citoyens.

"Il n'est pas encore sorti du bois donc il se doit de multiplier les prises de parole pour marquer les Français à l'approche des fêtes où l'on va beaucoup parler politique. C'est une façon de dire qu'il est candidat sans jamais le formuler", décrypte pour BFMTV.com Gaspard Gantzer, l'ancien communicant de François Hollande à l'Élysée.

Les oppositions, elles, ont étrillé ces prises de paroles. Yannick Jadot et Valérie Pécresse ont tous deux annoncé saisir le CSA, accusant la présidence de ne pas respecter les règles des temps de parole.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles