Emmanuel Macron positif au coronavirus: l'agenda chargé du président ces derniers jours

Justine Chevalier
·4 min de lecture
Emmanuel Macron devant les membres de la Convention citoyenne pour le climat le 14 décembre 2020 à Paris - Thibault Camus © 2019 AFP
Emmanuel Macron devant les membres de la Convention citoyenne pour le climat le 14 décembre 2020 à Paris - Thibault Camus © 2019 AFP

Le président de la République Emmanuel Macron a été testé positif ce jeudi au coronavirus, il est désormais à l'isolement. Le Premier ministre Jean Castex et plusieurs membres du gouvernement, sont considérés comme cas contact, et sont eux placés à l'isolement. La Première dame Brigitte Macron, testée négative mardi avant un déplacement dans un hôpital parisien, va, elle-aussi, s'isoler.

La date de contamination du président de la République n'est pas connue, mais le délai d'incubation du virus, c'est-à-dire le moment entre la contamination et l'apparition des premiers symptômes, est de cinq jours en moyenne. Une période au cours de laquelle Emmanuel Macron a eu un agenda chargé, marqué par plusieurs déjeuners, rendez-vous propice à une contamination.

Deux repas scrutés

Au niveau national, deux événements font craindre particulièrement ces contaminations. Mardi 15 décembre, le chef de l'Etat a déjeuné avec les présidents de groupe de l'Assemblée nationale. Un repas auquel a assisté le Premier ministre et le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand, tous deux considérés comme cas contact et placés à l'isolement. Le secrétaire général de l'Elysée Alexis Kohler, le ministre en charge des relation avec le Parlement Marc Fesneau, sont dans le même cas.

Depuis ce jeudi matin, l'Elysée appelle tous les participants à ce dîner pour les avertir s'ils sont considérés ou non comme cas contact. Les présidents des groupes Les Républicains, des Socialistes, des Démocrates, se placent à l'isolement par précaution. Jean-Luc Mélenchon, président du groupe La France insoumise, a dit sur notre antenne ne pas être considéré comme cas contact, tout comme André Chassaigne, de la Gauche démocrate et républicaine (PCF). Jean-Christophe Lagarde, le président du groupe UDI et indépendants, n'est pas non plus concerné par les mesures d'isolement.

Un autre repas aurait pu favoriser les contaminations. Emmanuel Macron a reçu à l'Elysée plusieurs membres de la majorité parmi eux, François Bayrou, qui dit prendre les précautions nécessaires, Patrick Mignola, le président du groupe Modem, qui attend d'être contacté par l'Elysée. Stanislas Guérini, le patron de La République en marche, va s'isoler par précaution. La situation n'est toujours pas connue pour les deux conseillers du président Thierry Solère et Stéphane Séjourné.

Un agenda chargé à l'international

La contamination d'Emmanuel Macron a également un impact sur la classe politique étrangère. En effet, le président français a déjeuné mercredi 16 décembre avec le Premier ministre portugais. Antonio Costa a décidé d'annuler ses déplacements dans l'attente du résultat de son test. Lundi 14 décembre, le chef de l'Etat français a également déjeuné avec le secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurria, le président du Conseil européen, Charles Michel, la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez.

Ce dernier a indiqué se mettre en quarantaine jusqu'au 24 décembre à l'annonce de la contamination d'Emmanuel Macron. Charles Michel, testé négatif mardi, n'est pas considéré comme cas contact mais il s'auto-isole par précaution. Il a été testé négatif mardi. D'autant qu'un dîner de chefs d'Etat à l'occasion du conseil européen s'est tenu jeudi dernier, le 10 décembre. Le lundi précédent, le 7 décembre, c'est avec son homologue égyptien que le chef de l'Etat s'est entretenu. Un gala avait été organisé à l'occasion de la venue d'Abdel Fattah al-Sissi en France.

Respect des gestes barrière lors des autres rendez-vous

Le président de la République a présenté des symptômes dans la nuit de mercredi à jeudi, il a donc été testé ce jeudi matin. Pour l'heure, l'Elysée précise que "ne sont considérés comme cas contacts que ceux qui ont vu le président de la République dans les 48 heures avant le test, conformément aux règles sanitaires en vigueur".

Par ailleurs, les personnes présentes lors des déplacements du chef de l'Etat ces derniers jours tout comme lors du conseil de défense ou du conseil des ministres qui se sont tenus mercredi ne sont pas considérés comme cas contact. En effet, il a été rappelé qu'à ces occasions le port du masque est systématique comme le respect des gestes barrière.

Article original publié sur BFMTV.com