Emmanuel Macron otage de la droite

Stéphane Lemouton / Bestimage

Il aura fallu un quinquennat pour que ce jeune président qui pensait pouvoir faire exploser les clivages traditionnels droite-gauche se retrouve pris à son propre piège. Avec une Ve République qui a des airs de IVe , quand les alliances à la Chambre se recomposaient sur chaque sujet, Emmanuel Macron s’apprête à faire face à une nouvelle épreuve.

Jupiter s’est pris la foudre. Emmanuel Macron se rêvait en de Gaulle, il pourrait finir dans les habits de René Coty. Réélu avec 58% des voix il y a moins de deux mois, le président de la République se retrouve sans majorité et à la merci d’une Assemblée nationale éclatée façon puzzle. Dimanche soir, au terme d’élections législatives en forme de coup de tonnerre, la France a redécouvert qu’elle vivait sous un régime parlementaire. Un retour, en quelque sorte, à la IVe République avec ses majorités introuvables ! Les Français n’ont en effet accordé, lors du second tour des élections législatives, qu’une courte majorité relative aux candidats d’Ensemble! Un vote sanction d’une ampleur inégalée depuis 1958 et, surtout, inédit depuis la mise en place du quinquennat et l’inversion du calendrier électoral en 2002: le président ne dispose que de 246 députés (sur 577) Renaissance, avec leurs alliés du MoDem et d’Horizons. Il est donc très loin de la barre fatidique des 289 élus nécessaires pour obtenir la majorité absolue. Plusieurs figures de la macronie ont été balayées. Une véritable hécatombe: de Richard Ferrand à Christophe Castaner, mais aussi plusieurs membres du gouvernement (Brigitte Bourguignon, Amélie de Montchalin, Justine Benin…) et de nombreux anciens ministres (Roxana Maracineanu, en plus de Jean-Michel Blanquer et Emmanuelle Wargon). La claque est donc monumentale pour Emmanuel Macron. Ses candidats devancent globalement ceux de la Nupes de Jean-Luc Mélenchon, qui totalise 142 élus (LFI, PCF, PS et écologistes compris).

Sondage Match de l'exécutif : Elisabeth Borne, l'alerte

«Nous sommes en face d’un choc démocratique», constate Bruno Le Maire

Un niveau en dessous des espoirs du chef de file de cette alliance(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles