Emmanuel Macron: "Mélenchon était sénateur, j'étais encore au collège"

À 12 jours du premier tour du premier tour de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron, Marine Le Pen et François Fillon ont profité de leurs meetings respectifs pour s'attaquer mutuellement. Et en toile de fond des prises de parole on a aussi souvent retrouvé Jean-Luc Mélenchon.

Dernière ligne droite avant l'élection présidentielle. À 12 jours du premier tour, trois des quatre favoris tenaient un meeting, ce mardi soir. Marine Le Pen était à Arcis-sur-Aube, dans l'Aube. La candidate du Front national s'en est prise à Emmanuel Macron et François Fillon:

"Ils veulent tous les deux gouverner par ordonnances. Le saccage social par ordonnances, c'est un concept (...) Tous les deux, ils veulent une loi El Khomry puissance 10 par passage en force."

Le candidat Les Républicains, toujours en troisième position selon le dernier sondage Elabe pour BFMTV et L'Express paru ce mardi, était lui à Marseille. Dans les Bouches-du-Rhône, le candidat de la droite a critiqué les différentes promesses faites par ses concurrents:

"C'est facile de promettre, comme madame Le Pen, la retraite à 60 ans. C'est facile de promettre 175 milliards de dépenses nouvelles comme monsieur Mélenchon. C'est facile de dire tout et son contraire comme monsieur Macron."

"Mélenchon était sénateur, j'étais encore au collège"

Vainqueur au second tour quel que soit son opposant selon la dernière enquête, Emmanuel Macron tenait lui un meeting à Besançon, dans le Doubs. Le candidat En Marche a, lui aussi, choisi d'attaquer ses principaux adversaires dans la course au second tour:

"Nous avons le révolutionnaire communiste. Il était sénateur socialiste, j'étais encore au collège (...) Nous...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages