Emmanuel Macron ou l'audace de l'imbécile

Le président Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée du 9 juin 2024, durant laquelle il a annoncé la dissolution de l'Assemblée nationale et convoqué de nouvelles élections législatives les 30 juin et 7 juillet. | Ludovic Marin / AFP
Le président Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée du 9 juin 2024, durant laquelle il a annoncé la dissolution de l'Assemblée nationale et convoqué de nouvelles élections législatives les 30 juin et 7 juillet. | Ludovic Marin / AFP

Emmanuel Macron a l'audace des imbéciles. Quand ils se retrouvent à court d'idées, ils en inventent une si grossière qu'elle sidère tout son monde. L'imbécile devient alors fanfaron. On le voit qui plastronne au grand jour, ravi d'en avoir surpris plus d'un. Il rit de son coup comme le voleur qui revend à sa victime les marchandises qu'il vient de lui dérober. Il est si content de son tour de force que c'est à peine si les conséquences de ses actes l'effleurent. Il sera toujours temps d'y penser si jamais les choses allaient de travers.

L'annonce de la dissolution de l'Assemblée nationale n'est pas un coup de poker, c'est l'irruption d'un égarement qui dit l'impuissance du chef de l'État à reprendre la situation en main. Au lieu de s'accorder le temps de la réflexion, de considérer les forces en présence, de consulter et d'examiner les réponses à apporter aux résultats des élections européennes, il préfère prendre la tangente en jouant tapis avec la démocratie.

Ce pourrait être de la témérité, c'est juste un enfantillage, un pari adolescent qui permet d'enjamber la mauvaise séquence de son parti, tout en mettant les Français face à leurs responsabilités: «Vous avez voulu le Rassemblement national, eh bien, je vous l'offre sur un plateau, voyons voir si votre courage ira jusqu'à le porter aux plus hautes responsabilités.» Le président ne préside pas, il crâne comme ces caporaux qui, au lendemain d'une déroute militaire, remettent leurs galons en jeu, sûrs que personne, au regard du délabrement des troupes, n'osera prendre le risque de les remplacer.

En cela, Emmanuel Macron est fidèle à l'image qu'il n'aura cessé d'envoyer depuis son accession à l'Élysée. Un homme sans constance qui manque de profondeur et de rigueur dès lors qu'il se retrouve confronté à des situations périlleuses. Une forme de légèreté ou d'insouciance qui peut parfois s'apparenter à du panache, mais…

Lire la suite sur Slate.fr