Emmanuel Macron, «l’anti-de Gaulle absolu» ? Il s’apprête à rendre hommage au général

·1 min de lecture

Charles de Gaulle est le visage de cette Ve République, en vigueur en France depuis 1958. Le 9 novembre 1970, le général est décédé d’une rupture d'anévrisme, alors qu'il jouait aux cartes avant le dîner. Pour commémorer le 50e anniversaire de sa mort, Emmanuel Macron est attendu, ce lundi 9 novembre, à Colombey-les-Deux-Eglises (Haute-Marne). Pour ce jour particulier en pleine pandémie de coronavirus, une cérémonie sobre et en petit comité sera célébrée. Le président de la République se recueillera sur la tombe blanche où Charles de Gaulle repose, aux côtés de son épouse Yvonne et de sa fille Anne. Depuis son mandat, Emmanuel Macron ne s’est rendu qu’une seule fois à Colombey-les-Deux-Eglises, contrairement à ses prédécesseurs. Il s’y était présenté le 4 octobre 2018 afin de rendre hommage au 60e anniversaire de la création de la Ve République par le général.

En ce 50e anniversaire de la mort du général de Gaulle, l’actuel locataire de l’Élysée sera accueilli à La Boisserie, la dernière demeure de l’homme politique. Emmanuel Macron participera ensuite à une cérémonie militaire devant la Croix de Lorraine. Si l’époux de Brigitte Macron a toujours affiché son soutien aux valeurs Gaulliennes, ses opposants politiques ne sont pas de cet avis !

Le 5 juin 2020, Marine Le Pen avait même qualifié Emmanuel Macron d’être "l’anti-de Gaulle absolu." Dans les colonnes du Parisien, la présidente du Rassemblement national a expliqué : "Pour de Gaulle, la capitale de la France était Paris, pour (...)

Lire la suite sur le site de GALA

VIDÉO - Sylvie Tellier et Jean-Pascal Lacoste : « la hache de guerre enterrée » ? Ce message inattendu
VIDÉO - Mort de Sean Connery : sa petite-fille révèle un talent caché de l’acteur
Melania Trump au bout du rouleau ? Ce soir d'élection où elle n'a fait que pleurer
Le saviez-vous ? Rama X, le roi de Thaïlande a épousé sa garde du corps
Gérald Darmanin fier d’être petit-fils d’Algérien et ministre de l’Intérieur : “Ce n’est pas rien”