Emmanuel Macron : ce jour où il a failli former un gouvernement d'union nationale

Lorsqu'il s'est hissé à la tête du pouvoir en mai 2017, Emmanuel Macron n'avait certainement jamais pensé à la cohabitation. Et pourtant. C'était compter sans la crise des Gilets jaunes qui a éclaté en France un an et demi après son élection. Comme le raconte Le Parisien, à l'occasion de l'acte IV du mouvement, le 8 décembre 2018, le président de la République a été contraint de revoir ses plans. "Il avait échafaudé une sortie de crise, comme un ultime joker pour sauver les institutions", écrivent nos confrères avant de citer un conseiller du pouvoir, qui dévoile les coulisses de l'Élysée, tremblante à cette époque-là : "S'il y avait eu des morts du côté des manifestants le 8 décembre, il aurait appelé Gérard Larcher (NDLR : président des Républicains du Sénat) à Matignon. Le numéro un et le numéro deux de la République ensemble, avec un gouvernement d'union nationale. C'était le prix à payer s'il était acculé."

Souvenez-vous, ce quatrième épisode de la crise des Gilets jaunes s'est avéré particulièrement violent. Comme l'indiquait Le Parisien, 125 000 manifestants étaient descendus dans les rues de France, selon le ministère de l'Intérieur, dont 10 000 à Paris. Plus de 1700 personnes avaient été interpellées, dont 1220 placées en garde à vue. Du côté des victimes, au moins 264 personnes avaient été blessées. "Nez cassés, plaies ouvertes…", nos confrères avaient assisté à un véritable cauchemar, au sein du service des urgences de l'hôpital Bichat, dans le 18e arrondissement de

Retrouvez cet article sur GALA

Nabilla : ce jour où Thomas Vergara, à bout, a failli l’abandonner
Emmanuel Macron n’en peut plus : « Bibi, il en a déjà assez pris ! »
VIDÉO - Lââm terrifiée : ce jour où elle a bien failli “mourir en direct”
Le jour où Christophe Castaner a refusé d'héberger les Macron
Emmanuel Macron : ce « pacte » qu’il aurait voulu cacher