Emmanuel Macron inquiet : ses craintes sur le moral des Français face à la crise

·1 min de lecture

Le mercredi 17 mars dernier, la France célébrait un anniversaire des plus particuliers… Ce jour-là, cela faisait exactement un an qu’Emmanuel Macron avait décidé de confiner le pays une première fois. Un premier « lockdown » qui durera jusqu’au 11 mai. La pandémie ne sera malheureusement pas contenue et un second confinement entrera en vigueur le 28 octobre et connaîtra par la suite plusieurs ajustements avec notamment l’instauration d’un couvre-feu généralisé. Face à l’apparition de plusieurs variants du coronavirus et à la saturation des services de réanimation, le Premier ministre Jean Castex a décidé d’appliquer de nouvelles mesures restrictives à seize départements. Une décision abondamment critiquée, notamment par son prédécesseur Edouard Philippe, aujourd’hui maire du Havre. Le retour, puis l’annulation, d’une attestation de sortie a achevé d’opacifier encore plus une ligne gouvernementale des plus floues.

Plusieurs catégories professionnelles traversent ainsi une crise sans précédent à laquelle le président de la République peine à apporter des solutions stables et pérennes. Les restaurateurs, les intermittents du spectacle ainsi que les étudiants sont les premiers touchés par les atermoiements du gouvernement. Ajoutez à cela un climat social bouillonnant, marqué par plusieurs affaires de violences policières, et vous avez un exécutif au bord de la crise de nerfs. « Nous avons un devoir de vigilance et de responsabilité » a ainsi déclaré Emmanuel Macron, comme le rapporte (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Kylie Jenner radine ? L’influenceuse est au coeur d’une polémique sur les réseaux sociaux
Elisabeth Borne testée positive à la Covid-19 : la ministre du Travail a été hospitalisée
Elizabeth II prête à faire bouger les lignes : ce message fort envoyé par la reine
Qui est Marie Portolano, la réalisatrice du documentaire choc Je ne suis pas une salope ?
Michel Sardou : pourquoi il n'a pas voulu qu'Emmanuel Macron lui remette sa légion d'honneur