Emmanuel Macron giflé: les élus des Hauts-de-France condamnent une agression "inacceptable"

·2 min de lecture
Le président (ex-LR) des Hauts-de-France Xavier Bertrand à l'Hôtel Matignon, à Paris, en septembre 2020 - Alain JOCARD © 2019 AFP
Le président (ex-LR) des Hauts-de-France Xavier Bertrand à l'Hôtel Matignon, à Paris, en septembre 2020 - Alain JOCARD © 2019 AFP

"Aucun désaccord politique ne justifiera jamais la violence". Xavier Bertrand a condamné "avec la plus grand fermeté le geste inacceptable dont a été victime Emmanuel Macron", ce mardi sur Twitter.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"Le respect des institutions de la République et de ses représentants est un principe cardinal de notre vie démocratique", a ajouté celui qui brigue un second mandat à la tête des Hauts-de-France et s'est porté candidat pour la prochaine élection présidentielle.

Condamnation unanime

Concurrent aux prochaines élections régionales, Sébastien Chenu, tête de liste RN, a également dénonce un geste "inacceptable envers le président de la République". "On peut être en désaccord avec la politique de Macron, mais la violence ne sera jamais la réponse", a-t-il commenté.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

De son côté, Karima Dellia, candidate de l'union de la gauche dans les Hauts-de-France, déplore "un climat nauséabond (qui) doit cesser". "L'ensemble du monde politique doit se ressaisir et mettre en place les conditions d’un débat serein. Nous le devons à notre République", a-t-elle poursuivi sur Twitter.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Laurent Pietraszewski, secrétaire d'État chargé des retraires et candidat de la majorité présidentielle aux régionales, s'est dit "choqué" par le geste "inacceptable qui a visé le Président".

"La France est une République, une démocratie, jamais la violence ne doit constituer et ne constituera un canal d’expression de ses opinions", a-t-il réagi.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Deux personnes interpellées

Mardi après-midi, Emmanuel Macron a reçu une gifle alors qu'il se trouvait en déplacement à Tain l'Hermitage. "Vers 13H15, le président était remonté dans sa voiture après avoir visité un lycée et il est ressorti car des badauds l'appelaient. Il est allé à leur rencontre et c'est là que l'incident s'est produit", a précisé la préfecture.

"L'homme qui a tenté de gifler le président et un autre individu sont actuellement entendus par la brigade de gendarmerie de Tain-L'Hermitage", a ajouté la préfecture.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles