Emmanuel Macron et le Général de Villiers… ils n’ont plus aucun contact après la crise

·1 min de lecture

C'était un fait inédit sous la Ve République. En 2017, après trois ans comme chef d'état-major des armées, Philippe de Villiers a choisi de démissionner de son poste. Dans un communiqué, il expliquait "ne plus être en mesure d’assurer la pérennité du modèle d’armée auquel (il) croit pour garantir la protection de la France et des Français, aujourd’hui et demain, et soutenir les ambitions de notre pays". La raison de cette décision sans précédent ? Un vif différend avec Emmanuel Macron sur le budget de l'armée. Devant un parterre militaire à la veille du 14 juillet, le chef de l'Etat l'avait critiqué pour avoir mis de façon "indigne" une polémique budgétaire "sur la place publique". "Si quelque chose oppose le chef d’état-major des armées au président de la République, le chef d’état-major des armées change", assénait-il dans les colonnes du Journal du dimanche, quelques jours avant qu'il ne démissionne. Sur l'antenne de BFMTV ce samedi 24 octobre, le général de Villiers est revenu sur son départ. "Je ne regrette rien parce que moi, je suis quelqu'un d'authentique", a-t-il commencé.

"Et je ne sais pas dire deux vérités à la fois. Bien sûr j'ai été au sommet de l'Etat, je ne suis pas un lapin de six semaines mais on ne peut pas dire le contraire de tout et tout à la fois", a expliqué le militaire à Ruth Elkrief avant de revenir sur les coupes budgétaires qui l'ont poussé à poser sa démission : "Je ne peux pas regarder les soldats en face en leur disant qu'ils ont les moyens si je (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Roselyne Bachelot taquine avec Apolline de Malherbe… qui ne se démonte pas
VIDÉO - « Un handicap invisible » : Samuel Le Bihan se confie sur sa vie avec sa fille autiste
Line Renaud : “Claude Chirac, c'est la gardienne de tout”
Imran Khan, l’ancien playboy ami de Diana, attaque violemment Emmanuel Macron
Le camp d’Emmanuel Macron accusé de « faire tourner le ventilateur à merde » par les amis de Jean-Luc Melenchon