Emmanuel Macron favorable à une relance européenne "plus vigoureuse"

·1 min de lecture

Face aux conséquences économiques et sociales de la crise du Covid-19, l'Union européenne devra-t-elle aller plus loin ? C'est ce qu'estime Emmanuel Macron. Le président français s'est exprimé jeudi pour défendre la nécessité "[d']améliorer" et de "compléter" la réponse économique et budgétaire de l'UE face à la crise du Covid-19 afin que la relance soit "plus vigoureuse" et ne diverge pas trop de celle des Etats-Unis. "C'est un des enseignements de la crise pour l'Europe comme pour la France : il nous faut simplifier drastiquement nos réponses. Nous sommes trop lents, nous sommes trop complexes, nous sommes trop engoncés dans nos propres bureaucraties", a ajouté le chef d'Etat devant la presse à l'issue du sommet européen qui s'est tenu en visioconférence.

Résumant les discussions entre les 26 autres dirigeants de l'UE, Emmanuel Macron a souligné que la sortie de la crise passait "par un maintien des mesures de soutien budgétaire aussi longtemps que durera la crise sanitaire et la mise en œuvre rapide du plan de relance européen" de 750 milliards d'euros qui avait été adopté en juillet. Avec cet engagement "extrêmement fort", l'UE "a apporté une réponse à la hauteur" à la suite de la première vague de l'épidémie du printemps 2020. Mais, suite aux 2ème et 3ème vague (...), il nous faudra sans doute compléter cette réponse", a-t-il ajouté. "La force de la réponse américaine et du plan annoncé il y a quelques jours par le président Biden et son Congrès nous placent face à une responsabilité (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Prix record pour un tableau de Van Gogh vendu aux enchères à Paris
50 masques à 1,99 euros chez Leclerc : coup de com’ ou baisse durable ?
Agnès Verdier-Molinié : “Face à l’envolée de la dette, le ‘quoi qu’il en coûte’ de Macron a ses limites”
Vaccin : les deux tiers des doses administrées au Royaume-Uni viennent de l’Union européenne
Nucléaire : la France, la Pologne et la Roumanie écrivent à l’UE pour défendre la filière