Macron annonce une Fondation pour la mémoire de l’esclavage, mais dit non à un musée

Alexandre Boudet
Macron annonce une Fondation pour la mémoire de l’esclavage, mais dit non à un musée

POLITIQUE - La proposition était formulée ce matin même sur Le HuffPost par le président de SOS Racisme et les responsables d'autres associations. "Engagez-vous à créer un Musée de l'Esclavage au coeur de Paris", écrivait Dominique Sopo à Emmanuel Macron. Quelques heures plus tard, le président de la République y a répondu par la négative.

Dans un post Facebook publié alors qu'il s'apprêtait à commémorer le 170e anniversaire de l'abolition de l'esclavage en France, le chef de l'Etat a expliqué qu"un tel établissement existe déjà en France: Le Mémorial ACTe, inauguré en 2015 par François Hollande en Guadeloupe.

"Situé dans la France des Outremers, sur les lieux mêmes où les esclaves ont vécu, souffert et résisté, il œuvre de manière exemplaire depuis son ouverture à la préservation de cette mémoire et à la promotion des expressions culturelles liées à cette histoire. Il a vocation à être le maillon essentiel d'un réseau en Europe, dans la Caraïbe, l'Afrique et les deux Amériques", écrit-il.

Emmanuel Macron, selon qui "le temps des actes" est arrivé, annonce cependant qu'il soutient la construction dans le Jardin des Tuileries -au coeur de Paris- d'un "mémorial national qui rende hommage à ces victimes". Il complétera notamment la statue "Le Cri, l'Ecrit" inauguré en 2007 par Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy qui commémore l'abolition de l'esclavage dans le Jardin du Luxembourg.

Enfin, le président de la République confirme l'engagement pris par François Hollande le 10 mai 2017 en sa présence. Il a annoncé la création de la Fondation pour la mémoire de l'esclavage. "Elle sera logée à l'Hôtel de la Marine où l'abolition de l'esclavage fut décrétée le 27 avril 1848. Elle sera dotée de moyens humains et financiers mais aussi scientifiques pour mener des missions d'éducation, de culture, de soutien à la recherche et aux projets locaux", précise Emmanuel Macron. Comme prévu, elle sera présidée par Jean-Marc Ayrault qui, en tant que maire de Nantes avait poussé...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post