Emmanuel Macron déplore le refus des «partis de gouvernement de participer» à une coalition

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
© CHRISTOPHE PETIT TESSON / POOL / AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Emmanuel Macron est amer. Le président de la République a regretté ce lundi le refus des "partis de gouvernement" de participer à "toute forme de coalition", au moment de lancer le premier Conseil des ministres post-remaniement . Le président ainsi que la Première ministre, Elisabeth Borne , avaient chacun consulté les différentes forces politiques représentées à l'Assemblée nationale , avant de constituer ce nouveau gouvernement ce lundi.

 

>> LIRE AUSSIRemaniement ministériel : découvrez la composition du nouveau gouvernement

Le chef de l'Etat a souligné la "période exceptionnelle" que le nouveau gouvernement doit affronter, "la guerre revenue sur le sol européen qui frappe d'abord l'Ukraine mais (qui) est au cœur de conséquences profondes pour nos sociétés, pour le projet européen, pour notre économie, la vie de nos compatriotes".

"Période exceptionnelle sur le plan des transitions que nous avons à vivre (...) compte-tenu également de la situation politique du pays", a-t-il ajouté, en citant le "défi écologique" et les "grandes transitions démographiques". "Celle-ci impose au gouvernement beaucoup de volontarisme, d'ambition, parce que notre pays a besoin de réformes, de transformation (...) Il a aussi besoin d'esprit de responsabilité pour bâtir des compromis exigeants", a-t-il insisté.

"Profondément transformer l'action collective"

"Vous aurez à tenir dans ce contexte de guerre qui change en profondeur beaucoup de choses", a-t-il également souligné, en estima...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles