Emmanuel Macron dégaine une "mission flash" pour résoudre la crise des urgences

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Emmanuel Macron photographié ce mardi 31 à Bruxelles (illustration) (Photo: AP Photo/Geert Vanden Wijngaert)
Emmanuel Macron photographié ce mardi 31 à Bruxelles (illustration) (Photo: AP Photo/Geert Vanden Wijngaert)

Emmanuel Macron photographié ce mardi 31 à Bruxelles (illustration)  (Photo: AP Photo/Geert Vanden Wijngaert)

POLITIQUE - L’expression est assez calibrée pour fuiter avant son arrivée sur place. Selon Le Figaro et Le Parisien, Emmanuel Macron a annoncé ce mardi 31 mai depuis l’hôpital Cherbourg une “mission flash” visant à répondre à la crise des urgences, confrontées à un sérieux déficit de personnel, en plus des autres difficultés humaines et financières qui minent de longue date le moral des soignants. Une situation aggravée par la crise du Covid-19.

Une annonce qui intervient alors que les indicateurs sont au rouge. Selon les calculs de l’association Samu-Urgences de France (SUdF) relayés par l’AFP, au moins 120 services d’urgences ont été forcés de limiter leur activité, faute de soignants. Dans Le Monde samedi 28 mai, pas moins de 1500 soignants ont tiré la sonnette d’alarme en s’adressant directement à la Première ministre, Élisabeth Borne et à la ministre de la Santé, Brigitte Bourguignon.

Une “menace d’effondrement à court terme”

“Un plan de sauvetage du système de santé français est la seule véritable urgence”, affirment-ils, alertant sur une “menace d’effondrement à court terme” du système hospitalier français. Raison pour laquelle le chef de l’État entend marquer les esprits en agissant rapidement, en confiant cette “mission flash” à François Braun, président de Samu-Urgences de France et chef de pôle au CHR de Metz-Thionville, présenté comme “proche” du président de la République.

“Territoire par territoire”, cette mission doit expliquer “où sont les manques, pouvoir les chiffrer” et donner des premières pistes pour répondre à ce problème, a détaillé le chef de l’Etat. Sur cette base, a expliqué le président, des décisions seront prises “pour permettre de mobiliser davantage de médecins, retrouver de l’attractivité dans certains secteurs (...). Ceci à partir de la fin de l’été sera décliné dans chaque territoire”.

A l’issue d’une table ronde avec “tous les acteurs de la santé” (urgentistes, infirmiers, médecins généralistes, administration), Emmanuel Macron a également précisé lancer ”à partir de juillet” sa grande conférence sur la santé avec toutes les parties prenantes. Il y a “une vraie révolution collective à faire”, a-t-il plaidé.

Ces annonces sont aussi une façon pour Emmanuel Macron de reprendre la main en pleine campagne des élections législatives, alors qu’il s’était fait particulièrement discret depuis sa réélection.

À voir également sur Le HuffPost: Les 3 questions que soulève la nomination d’Élisabeth Borne à Matignon

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles