Emmanuel Macron ciblé, des journalistes espionnés… ce qu'il faut savoir sur l'affaire Pegasus

·1 min de lecture

Un système mondial de surveillance. Le "Projet Pegasus" est une vaste opération d'espionnage dévoilée par un consortium de 17 rédactions internationales dimanche dernier. Avec l'aide de l'organisation Forbidden Stories et d'Amnesty International, les journalistes ont eu accès à une liste de plus de 50.000 numéros de téléphone potentiellement ciblés et espionnés par une dizaine d'Etats, via le logiciel Pegasus. Tous les numéros présents n'ont pas été surveillés, mais leur apparition sur la liste signifie qu'une infection a été envisagée par un client de la société israélienne NSO Group. Parmi les cibles, des personnalités politiques, des militants des droits de l'Homme, des opposants à des régimes politiques et des chefs d'entreprise de différents pays.  

Un logiciel espion qui s'infiltre dans les téléphones. Pegasus est un logiciel appartenant à l'entreprise israélienne NSO Group. Il est vendu à des Etats comme un outil uniquement destiné à la lutte contre le terrorisme et le crime organisé. La société nie d'ailleurs "les fausses accusations portées" dans l'enquête "bourrée de suppositions erronées et de théories non corroborées". Logiciel espion, Pegasus permet de s'introduire dans un smartphone pour connaître toutes ses données : coordonnées GPS, photos, messages, contacts et écoute d'appels. Pour l'installer, l'attaquant peut procéder de plusieurs façons. Grâce à un lien, sur lequel la victime va cliquer ou en exploitant une faille de sécurité des systèmes d'exploitation...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles