Emmanuel Macron : après Trump, c’est Erdogan qui le malmène en interrogeant sa “santé mentale”

·1 min de lecture

Emmanuel Macron n'est pas épargné par ses homologues. Après Donald Trump, c'est au tour de Recep Tayyip Erdogan de le critiquer publiquement. Le président de la République de Turquie s'est autorisé une remarque désobligeante à propos du chef d'Etat français dans un discours télévisé ce samedi 24 octobre, rapporte l'AFP reprise par Franceinfo.

"Tout ce qu'on peut dire d'un chef d'Etat qui traite des millions de membres de communautés religieuses différentes de cette manière, c'est : allez d'abord faire des examens de santé mentale", a déclaré l'homme politique en réaction à l'attitude d'Emmanuel Macron envers les musulmans suite à l'attentat perpétré le 16 octobre à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). Deux semaines auparavant, il déclarait considérer comme une provocation le projet de loi contre les "séparatismes", qui sera présenté par Jean Castex le 9 décembre.

Ce samedi 17 octobre, Emmanuel Macron en avait déjà pris pour son grade, cette fois-ci de la part de Donald Trump. Lors d'un meeting pour sa réélection, le président américain a remis en cause l'efficacité de l'accord pour le climat de Paris, duquel il s'était retiré en 2016... Et l'a rétrogradé via un lapsus révélateur.

"Vous savez ce que j'ai également arrêté ? L'accord sur l'environnement de Paris. J'aime beaucoup le Premier ministre Macron mais je lui ai demandé comment l'accord avançait, ils n'y arrivent pas vraiment", a-t-il déclaré. Avant de se vanter : "Je vous ai fait économiser des milliards de dollars. Personne (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Brigitte Macron : qui est son fils Sébastien Auzière, 45 ans, et plus âgé qu'Emmanuel Macron ?
VIDÉO - Laeticia Hallyday sur la guerre de l’héritage : « On s'en serait bien passé mais c'est la vie »
Thierry Ardisson parle de son grand amour, Audrey Crespo-Mara : sans elle « il est mort le soleil »
Omar Sy : à 17 ans, sa fille Sabah est son sosie… Les internautes sont bouche bée
Éric Dupond-Moretti : le garde des Sceaux évincé suite au tollé de “l’affaire des magistrats”