Emmanuel Macron appelle le Royaume-Uni à «clarifier» sa relation avec l’UE

·2 min de lecture

Dans un entretien avec des correspondants de la presse étrangère, le président français a appelé le Royaume-Uni post-Brexit à préciser sa relation avec l’Union européenne.

« Quelle politique [la Grande-Bretagne] a-t-elle envie de choisir ? Elle ne peut pas être le meilleur allié des États-Unis, le meilleur allié de l'Union européenne et le nouveau Singapour. [...] Et donc, il faut choisir un modèle », a estimé le chef de l’État lors d’un entretien avec plusieurs journalistes de la presse étrangère, relayé par le Guardian. « Être à moitié amis n'est pas un concept », a-t-il ajouté.

Sur la future politique du Royaume-Uni, le président français estime que « s'il décide d'avoir une politique totalement transatlantique, il y aura des moments de clarification très, très forts parce qu'elle divergera en règle, etc. Et donc, les accès aux marchés seront différents ».

« Retrouver le sel d'un destin commun »

Concernant les messages pointant la volonté de la Grande-Bretagne de devenir le « Singapour de l’Europe », c’est-à-dire en allégeant la réglementation des affaires, Emmanuel Macron répond qu’il « ne sait pas dire ». « Ce n'est pas moi qui dirige la destinée de ce pays, a-t-il poursuivi. Moi, mon souhait, c'est qu'on ait des relations pacifiques, constructives, parce que je crois très profondément qu'on a un destin lié, que nos intellectuels sont liés, qu'on pense ensemble le monde avec nos différences, que nos chercheurs ont un destin lié, et que nos industriels travaillent ensemble ».

Un « destin lié » cher au président français qui a redit lors de cet entretien sa pensée sur le Brexit : « une erreur », selon lui. « Je respecte la souveraineté du peuple et le peuple a voté, donc cela devait être fait, mais je pense que ce vote était basé sur beaucoup de mensonges et maintenant nous voyons qu'il a rendu les choses beaucoup plus difficiles à bien des égards », a précisé le chef de l’État.

Au lendemain de tensions politiques entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, Emmanuel Macron a rappelé qu’il souhaitait « une ambition commune, et retrouver le sel d'un destin commun. J'espère que Boris Johnson et ceux qui l'accompagnent seront sur cette voie, et je crois profondément que le peuple britannique est sur cette voie. »