Emmanuel Macron accueille le Pape François à Marseille avec deux cadeaux symboliques

Le chef de l’État et son homologue du Vatican ont prévu un tête-à-tête avant la Messe organisée dans l’après-midi au Vélodrome.

POLITIQUE - Non, il ne s’agit pas d’un maillot de l’Olympique de Marseille floqué « Pape François ». Pour la poursuite de sa visite à Marseille ce samedi 23 septembre, et alors qu’il doit célébrer une messe au Stade Vélodrome dans l’après-midi, le souverain pontife a été reçu au Palais du Pharo par Emmanuel Macron.

Le chef de l’Etat était accompagné de son épouse Brigitte Macron, ainsi que du maire de Marseille, Benoît Payan.

Selon les informations de La Provence confirmées à BFMTV, le chef de l’État avait prévu deux cadeaux pour son homologue du Vatican ; et beaucoup moins politiques que celui offert par Élisabeth Borne.

Le premier : une édition originale de L’été d’Albert Camus, dans lequel l’auteur originaire de Dréan (ex-Mondovi) en Algérie embarque le lecteur dans un voyage autour de la Méditerranée. Un clin d’œil direct à la thématique du déplacement de Jorge Bergoglio, consacré à la Méditerranée et à la question migratoire.

Le deuxième cadeau est également un livre, mais qui revêt cette fois une dimension religieuse : l’enquête Ex-voto marins de Notre-Dame de La Garde (éd. La Thune), de l’historien marseillais Félix Reynaud. Un ouvrage qui explore les mille ex-voto inventoriés à « la Bonne Mère ».

Selon l’éditeur, « on y parle des origines et circonstances de l’arrivée de ces ex-voto à la basilique. Tout un monde de piété, de croyances retracé dans cette somme de plus de cinq cents pages ». Deux ouvrages en accord avec les « rencontres méditerranéennes » que doit clôturer le Pape François ce samedi.

Lire sur le HuffPost

VIDÉO - Pape François sur les migrants: "La Méditerranée, berceau de la civilisation, devient tombeau de la dignité"

À voir également sur Le HuffPost :

Migrants : À Marseille, le pape François dénonce le « fanatisme de l’indifférence »

Le pape François à Marseille risque d’irriter (encore) la droite et l’extrême droite en parlant migrations