Emmanuel Macron à l'épreuve de la majorité relative

Après le second tour des législatives, le quinquennat d'Emmanuel Macron change totalement de physionomie. Le président n'a pas obtenu la majorité absolue à l'Assemblée nationale. La Nupes devient la première force d'opposition parlementaire, le Rassemblement national atteint un score inédit et Les Républicains limitent la casse. Le président de la République va devoir faire des compromis pour gouverner. Emmanuel Macron rentre dans une zone de turbulences inédite.

Le second quinquennat d'Emmanuel Macron commence véritablement maintenant et s'annonce difficile. Certes, Ensemble !, la coalition qui regroupe La République en marche, le MoDem de François Bayrou et Horizon d'Édouard Philippe, arrive en tête, mais elle n'a pas les moyens de gouverner seule, car son score de 245 sièges la place très loin de la majorité absolue. En moins de deux mois, Emmanuel Macron a réussi à être le premier président réélu hors cohabitation et celui auquel les Français n'auront pas donné les moyens de gouverner.

Ce résultat représente un véritable revers pour Emmanuel Macron qui avait tenté de peser dans la bataille de l'entre-deux-tours en appelant les Français à lui donner une « majorité solide ». Certains de ses proches et soutiens de la première heure comme Richard Ferrand, le président de l’Assemblée nationale sortante ou Christophe Castaner, le patron du groupe En Marche mais aussi des ministres, Amélie de Montchalin, Brigitte Bourguignon et Justine Benin sont battus. Ces trois dernières vont donc devoir démissionner de leurs fonctions ministérielles.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles