Emma Roberts s'exprime sur ses problèmes de fertilité liés à l'endométriose

Marine Le Breton
·Journaliste au HuffPost
·3 min de lecture
Emma Roberts à la Vanity Fair Oscar Party, en février 2020. (Photo: Evan Agostini/Invision/AP)
Emma Roberts à la Vanity Fair Oscar Party, en février 2020. (Photo: Evan Agostini/Invision/AP)

ENDOMÉTRIOSE - Emma Roberts sera bientôt maman. Mais pour l’actrice de “American Horror Story”, actuellement à l’affiche de “Holidate” sur Netflix, cette grossesse était presque inespérée. En effet, dans une interview à la Une du magazine Cosmopolitan paru mercredi 11 novembre, la jeune femme de 29 ans s’exprime sur son endométriose et la manière dont cela a affecté sa fertilité.

“Depuis que je suis toute petite, je veux avoir un enfant, en théorie. Quand j’étais enfant, je suppliais ma mère d’avoir un autre bébé (...) À 16 ans, je me pensais: ‘quand j’aurai 24 ans, je serai mariée et j’aurai des enfants’”, raconte l’actrice. Mais ce désir s’est compliqué lorsqu’elle a appris qu’elle souffrait d’endométriose depuis l’adolescence, et que cela n’avait pas été diagnostiqué.

“J’ai toujours souffert de crampes et de règles tellement douloureuses que je ratais l’école et à cause desquelles, plus tard, je devais annuler des rendez-vous”, se souvient Emma Roberts qui raconte avoir eu le sentiment de ne pas être prise au sérieux par le corps médical. “Je l’ai expliqué à mon médecin, qui n’a pas été plus loin, peut-être parce que j’avais l’air théâtrale?”, s’interroge-t-elle, comme si les femmes souffrant de leurs règles en faisaient trop.

Congélation d’ovocytes

Mais quand vers ses 20 ans, elle change de médecin et opte pour une femme, celle-ci lui diagnostique l’endométriose. Or, à ce moment-là, la maladie avait déjà affecté sa fertilité. “On m’a dit: ‘Vous devriez probablement congeler vos ovocytes’”, souligne-t-elle. Ce qu’elle finit par faire, après un temps d’hésitation et une forte appréhension.

“Quand j’ai appris pour ma fertilité, j’étais un peu abasourdi. Ça avait l’air si permanent, et bizarrement, j’avais l’impression d’avoir fait quelque chose de mal. Mais j’ai commencé à échanger avec d’autres femmes, et tout d’un coup, c’est un nouveau monde qui s’est ouvert sur l’endométriose, l’infertilité, les fausses couches, la peur d’avoir des enfants. J’étais tellement reconnaissante de découvrir que je n’étais pas seule dans ce cas”, poursuit l’actrice.

Finalement, Emma Roberts a réussi à tomber enceinte sans en passer par l’utilisation de ses ovocytes congelés. “C’est quand j’ai cessé d’y penser que je suis tombée enceinte”, souligne-t-elle. Le père de l’enfant à naître est l’acteur Garrett Hedlund.

L’endométriose touche en moyenne une femme sur dix. Chez les femmes atteintes d’endométriose, les cellules de l’endomètre migrent et se retrouvent sur des organes où elles ne devraient pas être, provoquant selon les cas de très fortes douleurs pendant les règles, des règles abondantes et, dans 30 à 40% des cas, une infertilité.

À voir également sur Le HuffPost: Énora Malagré nous raconte le jour ou l’endométriose lui a gâché son festival de Cannes

LIRE AUSSI

Cette pub sur les règles et l'utérus va faire du bien à toutes les femmes

Parce qu'on a négligé ma douleur, je souffre d'endométriose, n'ai plus qu'un seul ovaire et une trompe - BLOG

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.