Emma (Mariés au premier regard) suivie par un homme : sa grosse frayeur...

·1 min de lecture

"J'en ai marre." C'est par ces mots qu'Emma Giuglaris, connue pour sa participation à la saison 2 de Mariés au premier regard, a débuté sa story Instagram. Ce jeudi 27 mai, la jeune femme a souhaité pousser un coup de gueule sur les réseaux sociaux, après avoir été suivie par un homme alors qu'elle faisait du sport à l'extérieur de son domicile. Après avoir enfilé une tenue de sport et être sortie de chez elle pur se dépenser sur la plage, celle qui avait épousé Florian dans l'émission de M6 a fait une mauvaise rencontre. "J'en ai marre ! Comment c'est possible que ça se passe encore en 2020 ce genre d'histoire ? Il est 20 heures, je suis en mode pourrie/sport et je me suis fait suivre. Comment c'est possible ?", s'est-elle interrogée, agacée après cet épisode malheureusement fréquent.

En légende de cette vidéo, l'ancienne candidate de Mariés au premier regard a fait une petite précision : "Il est 20h. Encore plein jour ici, pas en mini jupe (et quand bien même hein) mais en SPORT. Et je me suis fait suivre par un mec. C'est normal ça ?", a-t-elle commenté, en concluant son message de plusieurs émoticônes représentant le dégoût. Emma a ensuite cherché à savoir si certaines de ses abonnées subissaient le même sort : "Ça vous arrive de sortir et d'avoir des frayeurs avec des gagas du genre les filles ?", a-t-elle demandé à sa communauté. Et la réponse ne s'est pas faite attendre : "Vous êtes neuf femmes sur dix à avoir eu peur au moins une fois à l'extérieur à cause de gros malades (...)

Lire la suite sur le site de GALA

PHOTO - Christina Milian, la chérie de M.Pokora, méconnaissable sur un cliché d'enfance : "Allez-y, rigolez"
Nadine Morano rembarre Marine Le Pen : "On ne m’achète pas pour un plat de lentilles !"
Lola Dewaere : qui est sa mère Elisabeth Malvina Chalier ?
"Une relation abusive" : Meghan Markle accusée de "dresser" Harry à sa guise
VIDEO - "Arrêtez de mentir, c'est fatigant !" : Pascal Praud pris à partie par Laurent Joffrin