Emma et El Chapo, la reine et le truand

·2 min de lecture

Emma Coronel Aispuro, 31 ans, a toujours apporté un soutien sans faille à son mari Joaquin « El Chapo » Guzman, le sanglant parrain de la drogue mexicain. Les autorités américaines viennent de l’arrêter. Fin de la story pour l’instagrameuse aux légions d’abonnés ? Rien n’est moins sûr. Cette « narco Barbie » pourrait bien avoir passé un accord avec la justice.

Etait-ce un message d’amour ? Le 21 décembre dernier, alors que le plus redouté des barons de la drogue passe les fêtes de fin d’année en prison, Emma Coronel, alias « madame El Chapo », diffuse des photos d’elle-même en spectaculaire robe de mariée. Une semaine plus tard, pour le réveillon, elle récidive dans une autre tenue ultra-moulante, lamée, mauve, sur laquelle ondule sa longue chevelure blond platine. La ressemblance avec Kim Kardashian est frappante : même taille ultra-fine, même postérieur tout en rondeurs, même moue boudeuse. Emma Coronel aime jouer les stars et ça se voit : « Je vis comme dans un rêve », avoue-t-elle à l’un de ses 626 000 abonnés sur Instagram.

Lire aussi:Secrets, menaces et polémiques, un mois de procès d'"El Chapo"

Le rêve s’est achevé deux mois plus tard sur le tarmac de l’aéroport international de Washington. Le 22 février, elle y était accueillie par des policiers américains, munis d’un mandat d’arrêt, et aussitôt menottée. Quelques heures après, le FBI diffuse un nouveau cliché d’Emma, brune, cheveux raides et uniforme de prisonnière. Pourtant, quelque chose cloche encore… Le maquillage impeccable, peut-être. Ou le regard dur, la bouche pulpeuse qui trahit une forme de défiance. Et si tout cela n’était qu’une mascarade ?

El Chapo est tombé amoureux d’Emma Coronel un soir de 2006. Elle dansait avec son boyfriend à Angustora, un village perdu dans les montagnes de Sinaloa, accessible uniquement par des chemins de terre. Le baron de la drogue lui lance un sourire sans équivoque, puis envoie un de ses sbires l’informer qu’il veut danser avec elle. Elle s’exécute, car, dira-t-elle plus tard, dans cette région, « même quand on a un boyfriend, on a le droit de danser avec un autre homme ».(...)


Lire la suite sur Paris Match