Aux Emirats Arabes Unis, une expo universelle pour célébrer le monde post-Covid

·2 min de lecture

Elle doit débuter le 1er octobre 2021 à Dubaï, où Sciences et Avenir - La Recherche a pu la découvrir en avant-première. Reportage.

Un faucon en vol, aux gigantesques plumes déployées. C’est l’architecture spectaculaire retenue pour le pavillon du pays hôte de l’exposition universelle qui doit débuter le 1er octobre 2021 à Dubaï (Emirats arabes unis (1)) et où Sciences et Avenir – La Recherche a pu se rendre en repérage, avant l’événement, que certains de nos lecteurs et internautes pourront découvrir, lors d’une croisière début décembre (lire en fin d’article). Tout un symbole à l’heure où les EAU peuvent se targuer de savoir voler très loin, après la mise en orbite autour de Mars de la sonde Al Amal ("Espoir") en février 2021 et l’accession au rang de cinquième pays capable de rallier la planète Rouge après les États-Unis, la Russie, l’Europe et l’Inde.

192 pays rassemblés sur 4,5 km2

Sur le site de l’exposition universelle - une première au Moyen-Orient - à une quarantaine de kilomètres au sud-ouest de la ville, on aperçoit déjà la façade blanche façon origami du pavillon du Japon, qui accueillera l’exposition universelle ultérieure, à Osaka en 2025. Ou l’étonnante "forêt" de bois, symbole d’un "écosystème d’êtres vivants connectés", pour la Suède (2). Ou encore le cœur rouge du pavillon chinois, plus de 120 millions de dollars, qui promet d’être un des plus vastes. Le pavillon français devrait gagner, lui, à être vu de nuit – comme un "baldaquin lumineux" avec belvédère et vu son thème "Lumière, Lumières" - après avoir engrangé l’électricité pendant la journée grâce à ses 2500 m2 de tuiles photovoltaïques colorées. "60% de la consommation d’énergie devrait être produite par le bâtiment lui-même", promettent les architectes (3). Durabilité oblige. On sait que les expositions universelles sont là, en effet, pour présenter le meilleur des .

Dans un ensemble de 4,5 km2 pour 192 pays (4), la compétition promet d’être rude. Celle-ci, sous le signe de "Connecter les esprits, construire le futur", a cependant une chance paradoxale. Si tout se passe comme espéré par ses organisateurs, ce sera la plus[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi