Emily de retour in Paris, l'auto-promotion de Netflix, la presse mobilise les internautes et la guerre contre l’infodémie est lancée

·1 min de lecture

La Société des réalisateurs de film contre le projet de loi "Sécurité globale".

Elle est parue ce matin dans "Libération". Il s’agit d’un appel aux députés à ne pas voter ce projet de loi qui vise à interdire au public de diffuser l’image des forces sur les réseaux sociaux, et dans le même temps à permettre la reconnaissance faciale via les caméras portées par les policiers. La Société des réalisateurs, dont font notamment partie Cédric Klapisch, Ken Loach ou encore Jeanne Balibar, dénonce une menace grave au droit à la vie privée mais aussi à la liberté d’informer. Voici la conclusion de la tribune : "Nous ne voulons pas d’un monde de surveillance généralisée, régi par un oeil tout puissant sur lequel aucun regard ne pourrait se porter. Ne votez pas pour une loi qui rendrait les contre-pouvoirs aveugles, ils sont les garants de notre démocratie". Cette tribune intervient cinq jours avant l’ouverture du débat sur ce texte à l’Assemblée, et deux jours après une autre tribune, cette fois signée par les sociétés de journalistes de plusieurs médias, dont "Le Monde", qui mettait déjà en garde contre cette atteinte à la liberté d’informer.

Pour être libre d’informer, il faut avoir les moyens de le faire. Le site StreetPress a décidé de faire appel à la générosité de ses lecteurs.

Le site d’information gratuit a lancé un appel aux dons pour réunir 27.000 euros d’ici début décembre, et ainsi assurer l’indépendance de son équipe éditoriale. L’appel lancé par Street Press est clair : &...


Lire la suite sur Europe1