Emilie Broussouloux enceinte : la réaction déconcertante de Thomas Hollande lors de sa première grossesse

·1 min de lecture

Une heureuse nouvelle qu'elle a tenu à partager. Le 4 novembre dernier, Emilie Broussouloux, l'épouse de Thomas Hollande, annonçait sur Instagram sa deuxième grossesse, à travers une vidéo où elle présentait également un nouveau projet professionnel. "Le projet secret sur lequel je travaille depuis 6 mois !", dévoilait la jeune maman de 29 ans en légende du teaser de 9 mois ensemble, "une toute nouvelle web-série qui parle de la grossesse et la parentalité sans tabou."

Ce 8 novembre, la belle-fille de François Hollande, déjà mère d'une petite Jeanne depuis 2019, a mis en ligne le premier épisode de 9 mois ensemble. L'occasion pour la journaliste de faire quelques confidences. "C'est vrai que je n'étais pas du tout prête à tomber enceinte. Et Thomas, mon mari, encore moins", confie-t-elle dans cette nouvelle vidéo, alors qu'elle interviewe un couple prêt à accueillir un enfant. Et de raconter la réaction de son époux face à la bonne nouvelle : "Le jour où je me suis rendue compte que j'étais enceinte, je suis partie acheter des petits chaussons dans une boutique bébé, et quand il est rentré du travail, je lui ai offert le petit cadeau avec les chaussons. Il l'ouvre, il découvre les deux chaussons, et il ne s'attendait tellement pas à ce que je tombe enceinte maintenant qu'il a cru que c'était pour le chien."

Une réaction (drôle) qui ne fait pas rire Emilie Broussouloux sur le moment. "Je n'ai pas du tout rigolé. Je pense qu'il a senti dans mon regard qu'il y avait quelque chose (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Darius Rochebin accusé d'agressions sexuelles : le journaliste de LCI porte plainte
Nicoletta « reine de la gaffe » : ce jour où elle a embarrassé un ministre
Melania Trump : combien lui rapportera son statut d’ex-First Lady après son départ de la Maison Blanche ?
Roselyne Bachelot "sait mordre" : Bruno Le Maire admiratif de sa collègue
PHOTOS - Stella, la fille de Melanie Griffith et Antonio Banderas, sort de l’ombre