Emilia Clarke victime d'un AVC : quelles sont les causes de cette pathologie ?

La saison 8 de Game of Thrones s’apprête à revenir sur nos écrans, avec Emilia Clarke dans l’un des rôles principaux. Mais l’interprète de Daenerys vient de faire une révélation : au cours des années passées, elle a fait deux AVC, des accidents vasculaires cérébraux. Un problème de santé bien connu, qui peut avoir de lourdes conséquences.

© Dia Dipasupil / Employé Getty Images

A quelques jours du grand retour de Game of Thrones sur le petit écran, l’une des stars de la série a fait une révélation choc. Emilia Clarke, l’interprète de Daenerys Targaryen, a survécu à deux AVC en quelques années. La jeune actrice s’est confiée à ce sujet dans les colonnes du New Yorker, et raconte son premier accident vasculaire cérébral, en 2011 : “Je me changeais dans un club de sport lorsque j’ai commencé à ressentir un gros mal de tête. J’étais si fatiguée que je pouvais à peine mettre mes chaussures.” Victime de violentes douleurs et de pertes de conscience, elle est hospitalisée d’urgence, et le diagnostique tombe : “Une hémorragie méningée, un type mortel d’accident vasculaire cérébral”. A 24 ans, elle a eu de la chance de s’en tirer. 

Deux ans plus tard, lors d’un scanner de contrôle, elle découvre que la taille de son anévrisme a doublé. Elle est opérée, mais les choses ne se déroulent pas comme prévu : l’actrice doit subir une intervention d’urgence. Elle réussit à s’en tirer et à se remettre sur pied. 

Un AVC, c’est quoi au juste ? 

Le terme AVC est désormais bien connu du grand public. Pour cause : cette pathologie a été ciblée par de nombreuses campagnes de prévention. Mais rares sont ceux à vraiment savoir en quoi consiste un accident vasculaire cérébral. Il s’agit d’une urgence médicale qui peut être fatale, et qui, dans la moitié des cas, entraîne des séquelles. Un AVC entraîne l’arrêt brutal de l’irrigation sanguine du cerveau, ce qui prive d’oxygène les zones cérébrales touchées. Plus le problème est détecté rapidement, plus les chances de sauver la vie du patient et d’éviter les séquelles sont nombreuses. Il est donc important de connaître les symptômes : vertiges, réduction du champ visuel, difficultés à articuler, paralysie partielle et sensation d’engourdissement. 

En France, chaque année, 130 000 personnes sont victimes d’accidents vasculaires cérébraux. Il s’agit de la première cause de handicap acquis chez l’adulte, de la deuxième cause de démence, et de la troisième cause de mortalité. A noter que les risques de récidive sont particulièrement élevés, notamment dans les cinq années qui suivent un AVC. D’où l’importance d’avoir un suivi médical.