Emilia Clarke s'estime chanceuse de vivre sa vie «normalement» après ses deux ruptures d'anévrismes

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Getty Images
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Dans l'émission «Sunday Morning» diffusé le 17 juillet dernier, Emilia Clarke est revenu sur ses deux ruptures d'anévrismes en 2011 et 2013.

Confidences franches. Invitée sur le plateau de «Sunday Morning » le 17 juillet dernier, Emilia Clarke est revenue sur les problèmes de santé auxquels elle a dû faire face. En 2011 et 2013, l'actrice, aujourd'hui âgée de 35 ans, est victime de deux ruptures d'anévrismes cérébraux . Une dilatation anormale de la paroi d'une artère qui crée alors une petite poche de sang et peut résulter en un AVC. En mars 2019, dans une tribune pour le «New Yorker », elle avait déjà publiquement évoqué son premier accident, intervenu alors qu'elle venait de finir de tourner la première saison de «Game Of Thrones ».

Si elle avait «peur de mourir tous les jours», la comédienne s'estime chanceuse de pouvoir «parler de manière articulée» et de «vivre (s)a vie complètement normalement sans aucune répercussion». «Je fais partie de la très, très, très petite minorité de personnes qui peuvent survivre à cela», a-t-elle insisté. Si elle a dû subir quelques opérations, la comédienne n'en garde que très peu de séquelles. Seule une cicatrice derrière son oreille lui rappelle que sur les scanners, il lui manque une partie de son cerveau, ce qui visiblement l'amuse plus qu'autre chose. «Il n y a pas mal de choses qui manquent», a-t-elle déclaré dans un éclat de rire.

Si aujourd'hui elle en rigole parfois, la Britannique a néanmoins souligné les moments difficiles qu'elle a vécus : «C’était la douleur la plus atroce, des vomissements énormes, j’essayais de reprendre conscience». Son rôle dans la série «Game Of Thrones » l'a d'ailleurs particulièrement aidé à remonter la pente. «J’avais 22 ans [lors de la première rupture d’anévrisme, ndlr], mais c’était utile d’avoir Game of Thrones pour m’aider et me donner un but».

A lire aussi :Emilia Clarke,(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles