Emeutes de Brasilia: près d'un tiers des 1.400 détenus remis en liberté provisoire

© Adriano Machado/REUTERS

Un juge du Tribunal suprême fédéral (STF) a décidé de libérer provisoirement 464 personnes soupçonnées d'avoir participé au violent soulèvement de Brasilia, tandis que 942 autres resteront en détention, a indiqué son bureau vendredi. Le juge Alexandre de Moraes a évalué 1.406 dossiers de personnes soupçonnées d'être impliquées dans l'invasion et le saccage des centres du pouvoir dans la capitale, a expliqué le STF dans un communiqué.

À lire aussi En images : les soutiens de Bolsonaro provoquent le chaos au Brésil, Lula reprend le contrôle

Plus de 2.000 personnes ont été arrêtées depuis le 8 janvier, lorsque des milliers de partisans de l'ex-président d'extrême droite Jair Bolsonaro ont pris d'assaut le palais présidentiel, le Congrès et la Cour suprême, vandalisant du mobilier, des œuvres d'art inestimables et une partie de l'infrastructure. L'assaut est survenu une semaine après l'arrivée au pouvoir de l'icône de la gauche Luiz Inácio Lula da Silva, vainqueur de l'élection présidentielle en octobre dernier.

À lire aussi Brésil, enquête sur un coup d'Etat avorté

942 personnes toujours en détention préventive

Dans les jours qui ont suivi les violences, la justice a déterminé que les cas particuliers tels que les personnes âgées, les femmes enceintes et les mères de jeunes enfants, seraient libérés pour des raisons humanitaires avant d'être entendus. M. Moraes a ordonné la détention préventive de 942 personnes, arguant qu'il existe des preuves que les dét...


Lire la suite sur ParisMatch