Des embryons viables de rhinocéros blanc du Nord ont été créés

L'Institut Leibniz pour la recherche sur la faune sauvage et de zoo a révélé que plusieurs fécondations in vitro ont abouti à la formation d'embryons viables de rhinocéros blanc du Nord. Une sous-espèce en grand danger puisqu'elle ne compte plus que deux spécimens.

En août 2019, des vétérinaires avaient prélevé et fécondé avec succès des ovocytes de rhinocéros blanc du Nord (Ceratotherium simum cottoni) afin de maximiser les chances de sauver cette sous-espèce qui ne compte plus que deux spécimens, deux femelles nommées Fatu et Najin. L'exploit a été reproduit en décembre 2019 a annoncé dans l'Institut Leibniz pour la recherche sur la faune sauvage et de zoo (IZW), le 15 janvier 2020.

Une procédure "sûre et reproductible"

Durant l'été 2019, la fécondation artificielle d'ovocytes provenant des deux femelles encore en vie, par du sperme congelé de rhinocéros blanc du Nord mâle (l), avait permis la création de deux embryons viables et appartenant entièrement à cette sous-espèce. La procédure ayant été un franc succès, elle a été répétée le 17 décembre 2019. Dans un premier temps, Fatu et Najin ont subi une anesthésie générale. Ensuite, neuf ovocytes leur ont été prélevés : trois à Najin, la plus âgée et mère de Fatu et six chez cette dernière.

Comme la première fois, les cellules ont ensuite été envoyées en Italie auprès d'un laboratoire spécialiste de la fécondation. Elles ont été incubées puis mises au contact de spermatozoïdes. En tout, "un ovule de Fatu fécondé avec du sperme de Suni est devenu un embryon viable", note l'IZW. "La procédure s'est avérée sûre et reproductible, et peut être effectuée régulièrement", ajoute-t-il. L'embryon est désormais conservé dans de l'azote liquide avec les deux embryons précédents produits en août.

Prochaine étape : l'implantation dans une mère porteuse

La prochaine étape consiste à sélectionner un groupe de rhinocéros blanc du Sud (Ceratotherium simum simum), une sous-espèce "cousine", afin d'y trouver une femelle qui pourrait servir de mère porteuse. Najin et Fatu ne sont plus capables de porter un petit : la première souffre d'une fragilité de son train arrière et la seconde de lésions dégénératives au niveau de l'utérus.

Ce processus crucial pourrait avoir lieu [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi