Les embryons utilisent le son pour se préparer au monde extérieur

·1 min de lecture

Le son fournit des informations inestimables à quiconque l’écoute. Il peut même programmer le phénotype d’un individu ! Comme la température qui détermine le sexe des reptiles. Chez les êtres humains, la voix et le rythme cardiaque maternels fournissent au fœtus une stimulation auditive essentielle au développement de son futur langage, augmentant ainsi la taille de son cortex auditif primaire. Les embryons de grenouille arboricole aux yeux rouges peuvent, eux, distinguer avec précision les vibrations produites par la pluie ou le vent, de celles venant des prédateurs, pour s’en protéger. Les nymphes de cricket, quant à elles, utilisent des chants masculins pour prédire quel sera le niveau de compétition entre les partenaires potentiels.

Les embryons des grenouilles arboricoles aux yeux rouges (Agalychnis callidryas) ressentent les vibrations produites par l'approche des prédateurs et éclosent instantanément. © Karen Warkentin
Les embryons des grenouilles arboricoles aux yeux rouges (Agalychnis callidryas) ressentent les vibrations produites par l'approche des prédateurs et éclosent instantanément. © Karen Warkentin

Un simple son peut altérer le développement d’un embryon

Les chercheurs appellent ce phénomène la « programmation développementale acoustique ». Il a été décrit dans une récente étude, publiée dans la revue Trends in Ecology & Evolution. D’après Mylène Mariette, principale auteure et chercheuse à l’Université de Deakin en Australie, « cette programmation se produit lorsqu’un son apporte des informations aux embryons sur l'environnement qu'ils rencontreront après leur naissance et modifie leur développement pour mieux s'adapter à ce même environnement ».

Mais le plus surprenant, c’est que cette technique est très utilisée. On la retrouve dans tous les groupes d'animaux qui pondent des œufs, tels que les insectes, les grenouilles, les reptiles et les oiseaux. Les embryons de ces derniers utilisent alors le son ou les vibrations généralement pour savoir quel est le meilleur moment pour éclore, mais aussi pour toute une gamme de conditions beaucoup plus subtiles. Par exemple, chez les punaises (Halyomorpha halys), les chercheurs ont proposé...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles