Des embryons mi-homme, mi-singe, cultivés en laboratoire

Antoine Beau
·1 min de lecture
Des cellules humaines ont été implanté sur un embryon de singe et cultivées pendant 19 jours (Photo: CMB via Getty Images)
Des cellules humaines ont été implanté sur un embryon de singe et cultivées pendant 19 jours (Photo: CMB via Getty Images)

EMBRYON - De certaines expériences scientifiques naît l’espoir. D’autres, le doute et les interrogations. À quelques mois d’intervalle, une équipe de chercheurs français, une autre sino-américaine, ont donné vie à des embryons constitués de cellules de singe et de cellules humaines. Une chimère donc, qui a vécu un peu moins de 19 jours avant de s’éteindre.

Les résultats, publiés respectivement dans la revue Stem Cell Reports, le 12 janvier et dans Cell, le 15 avril, sont prometteurs: un tel procédé pourrait permettre de régénérer nos cellules et de vaincre des maladies jusqu’ici incurables ; ils sèment aussi le doute sur le plan éthique.

ARTICLE MIS A JOUR - Menée par Pierre Savatier de l’Inserm, l’expérience française s’est déroulée dans l’Hexagone. “Cette expérience a été validée par le Comité d’éthique de l’Inserm et par le Ministère de la Recherche pour ce qui concerne l’expérimentation animale, précise le chercheur au HuffPost. Elle est également en conformité avec le contenu du rapport du Conseil d’Etat du 28 juin 2018 (section 3.2.5.3. La portée de l’interdiction des embryons chimériques)”, nous explique aussi le scientifique. Une première version de notre article affirmait à tort que l’expérience avait été menée en Chine, plus souple sur les questions de bioéthique, pour se prémunir de toute atteinte à la législation française.

Pourquoi rapprocher ainsi les deux espèces? Les résultats de ces deux expériences sont un pas supplémentaire vers la médecine régén&ea...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.