Embargo sur le pétrole russe : les sanctions de l’UE bloquées par la Hongrie d’Orbán

© Reuters

Les faits. Mardi, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a présenté aux eurodéputés le sixième paquet de sanctions, qui comprend notamment une « une interdiction de tout le pétrole russe, brut et raffiné, transporté par mer et oléoduc », un embargo qui serait progressif, d’ici à la fin de l’année 2022. Mais depuis mercredi, les négociations pour un accord unanime des 27 pays de l’Union européenne , requis pour adopter les sanctions, achoppent sur les prérequis de plusieurs pays, dont la Hongrie de Viktor Orbán , mais aussi de la Slovaquie, ou encore de la République Tchèque.

Ce que contient le paquet de sanctions. 

Un embargo sur tout le pétrole russe, brut et raffiné, transporté par mer et oléoduc, progressif, avec un arrêt des importations de brut dans les six mois, et des produits raffinés d’ici à la fin de l’année 2022. L’exclusion de la plus importante banque russe, la Sberkank (qui représente 37% du marché russe), et de deux autres établissements bancaires du système financier international Swift .  L’interdiction de diffusion dans l’UE de trois canaux télévisés russes, dont Russia 24 et Russia RTR.  Des ajouts sur la liste noire de l’UE de certaines personnalités, dont le patriarche Kirill, chef de l’Église orthodoxe russe , qui a affiché son soutien à l’invasion russe de l’Ukraine.

Lire aussi - Union européenne : quelle parade pour le chantage au gaz russe ?

Pourquoi la Hongrie refuse. « Il y a un moment où il faut dire stop », a r...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles