Emballement identitaire : après l’affaire Évian, l’affaire Banania ?

Par Clément Pétreault
·1 min de lecture
Rachel Khan et Rokhaya Diallo.
Rachel Khan et Rokhaya Diallo.

N'existerait-il en France qu'une seule et bonne manière d'être noir ? Faut-il forcément considérer la société comme structurellement raciste et coloniale dès lors que l'on ne se définit pas comme « blanc » ? Peut-on se dire antiraciste et se révéler allergique à des points de vue divergents ? Voilà quelques-unes des nombreuses interrogations que suggère l'étonnant message envoyé hier par la journaliste et militante Rockaya Diallo à la responsable de la Licra, Rachel Khan, par tweets interposés?

« Tant qu'on les caresse dans le sens du poil et qu'on chante les louanges de la France, ils nous adorent », a écrit Rockaya Diallo en réaction à une intervention de Rachel Khan sur la chaîne CNews, le tout accompagné d'une photo de publicité Banania. Devant les réactions suscitées par son message, Rockaya Diallo a précisé qu'il s'agissait d'un « simple constat » : « Pour enchanter certains plateaux TV, il vaut mieux s'abstenir de critiquer la France ou de dénoncer le racisme. Ces postures lisses et dociles sont révélatrices d'un paternalisme colonial. Voilà tout. »

Message à peine subliminal

En utilisant l'image de la publicité Banania, Rockaya Diallo fait passer un message à peine subliminal : parce qu'elle ne critique pas la France ou ne dénonce pas « l'islamophobie » ou le racisme d'État sur les plateaux TV, Rachel Khan ne saurait prétendre incarner le combat antiraciste et se rangerait sous la posture d'un « nègre de maison », qui, selon la définition donnée p [...] Lire la suite