Elsa Lunghini émancipée dès ses 17 ans : ce qui a motivé sa demande

·1 min de lecture

Rare sur les écrans, Elsa Lunghini a fait son grand retour sur TF1, avec la série Ici tout commence. Le feuilleton raconte le quotidien des élèves et des professeurs de l'institut Auguste Armand, qui forme les futurs grands chefs de la gastronomie française. Un soap qui propose de nombreux rebondissements. Après une carrière dans la chanson et de nombreux rôles au cinéma ou à la télévision, la comédienne de 47 ans surprend donc ses fans en s'essayant pour la première fois à l'aventure d'un feuilleton quotidien.

Souvent présente là où on ne l'attend pas, Elsa Lunghini a fait de cette indépendance d'esprit sa force tout au long de sa carrière. Et ce trait de caractère s'est caractérisé très tôt. Alors au sommet de sa gloire (son premier album Elsa s'est vendu à plus de 800 000 exemplaires), elle a demandé à l'âge de 17 ans d'être libérée de toute autorité parentale. En 2018, elle en dévoilait les raisons à Gala. "Comme j'étais mineure, l'argent était versé sur un compte spécial. J’ai demandé l’émancipation à dix-sept ans pour acheter un appartement et prendre mon envol", avait-elle confié dans nos colonnes.

Une manière pour la jeune femme de s'affranchir de son père très protecteur. Responsable, Elsa Lunghini a profité de cette nouvelle liberté, non pas pour s'amuser, mais pour fonder une famille. A 21 ans, elle est devenue mère d'un petit garçon, Luigi, dont le père est le chanteur allemand Peter Kröner. "J'avais envie d'un enfant depuis l'âge de seize ans, mais aussi, et ça je (...)

Lire la suite sur le site de GALA

"Il a les plus belles boules du Paf", Jean-Pierre Pernaut très détendu face à Dominique Lagrou-Sempère hilare
PHOTO - Charlène de Monaco et sa fille Gabriella réunies pour un baptême très spécial
VIDEO - Gad Elmaleh vanné par sa mère : "si tu n'est que 4e..."
VIDEO - Fabrice Luchini ne veut plus parler, "il a pris trop de coups", assène Pascal Praud
VIDEO - "Vous me reprochez d'être en forme", Nadine Morano donne de ses nouvelles chez Pascal Praud