Elsa, 13 ans, s'est battue contre le cancer de sa mère

Christel Brigaudeau
Évry (Essonne), jeudi. Elsa, 13 ans, ici dans sa chambre, aidait sa mère atteinte d’un cancer… jusqu’à ce que la maladie gagne.  

Comme Elsa, 13 ans, on estime que 300 000 ados deviennent, par la force des choses, la béquille d'un proche malade ou invalide. Un chiffre rélévé à l'occasion de la journée nationale des aidants, ce vendredi. 


Comment Elsa a-t-elle vécu avec sa mère, pendant les quatre ans qu'a duré la lutte acharnée de cette dernière contre un cancer virulent, jusqu'à ce que la maladie gagne, il y a un an et demi ? Au début, la jeune fille hausse les épaules. C'est comme s'il n'y avait rien de spécial à dire. Comme si toutes les fillettes de 10 ans connaissaient le mot « oncologue », s'inquiétaient naturellement de nettoyer la gazinière, changer la caisse du chat, faire cuire des pâtes pour deux et vérifier, quand maman dort, qu'elle respire encore.

 

Elsa mime la scène, l'index posé sous son nez. « Je mettais mon doigt comme ça... Mais l'aide principale, c'était le soutien moral, affirme la collégienne, aujourd'hui âgée de 13 ans. Dans les moments de dépression, on allait faire des courses, on achetait des sacs à main, roses de préférence, pour elle, et des babioles pour moi. J'essayais de ne pas pleurer devant elle. »

 

Les visites chez l'oncologue

 

Les enfants et les ados qui, comme elle, deviennent par la force des choses la béquille de leurs parents, d'une grand-mère ou d'un frère malade ou invalide, seraient environ 300 000 en France, selon l'Association française des aidants. Ces figurants des salles de consultation sont pour la première fois au centre d'une enquête nationale, publiée ce vendredi à l'occasion de la Journée nationale des aidants, et que nous dévoilons. On y apprend que les jeunes souffrent des mêmes maux que les aidants adultes : des douleurs au dos ou aux bras, à force de prodiguer des soins, des difficultés à trouver le sommeil et à se concentrer, avec des conséquences sur la vie sociale et scolaire.

 

LIRE AUSSI
> Etre un aidant pour ses proches malades, le coût de (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Cancer : pour éviter les récidives, «pas d'interdits, des compromis»
Gilles, atteint d'un cancer : «Vous savez que, grâce à vous, je mange des pommes ?»
Cancer : oui, on peut éviter la rechute
Médecine : un objectif de 70% de chirurgie ambulatoire d'ici 2022
La tempête Nate fait au moins 22 morts en Amérique centrale et se dirige vers la Floride

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages