Elon Musk détourne un dessin de Milo Manara sur Twitter, l’auteur lui répond

TWITTER - « Et si je l’attaquais en justice en lui demandant 44 millions de dollars en compensation ? Après je pourrais racheter Twitter et le rendre à quelqu’un d’autre ! » Après avoir vu son dessin détourné par Elon Musk sur Twitter, le dessinateur de BD érotique Maurillo « Milo » Manara s’est fendu d’un message sur un autre réseau social pour exprimer son mécontentement.

Ce dimanche 21 novembre, le milliardaire Elon Musk, fondateur de SpaceX et de Tesla, avait partagé sur son compte une illustration détournée de l’auteur. « Et ne nous soumet pas à la tentation… », écrivait-il sous un dessin supposé se moquer de Donald Trump, resté silencieux depuis la réactivation de son compte Twitter.

La veille, au terme d’un sondage qui a vu se dégager une majorité en faveur du rétablissement du compte de l’ancien président républicain - 51,8 % sur 15 millions de votes - le nouveau patron de Twitter, qui se présente en défenseur de la liberté d’expression, était passé à l’acte.

Mais cette blague d’Elon Musk à Donald Trump n’a pas franchement fait rire Milo Manara. Sur son compte Facebook, l’auteur du dessin a partagé à son tour un détournement de son propre travail - tiré d’une version illustrée des Contes libertins de Jean de La Fontaine, comme l’a précisé le journaliste de BFM Jérôme Lachasse - où il imagine ses avocats s’en prendre à Elon Musk.

« J’aimerais qu’Elon Musk soit forcé à tweeter un millier de fois : ’Je n’utiliserai plus jamais les dessins de Milo Manara sans permission. Je n’utiliserai plus jamais les dessins de Milo Manara sans permission. Je n’utiliserai plus jamais...’ », écrit le chef de file mondial de la bande dessinée réaliste à caractère érotique.

Avant d’imaginer : « Et si je l’attaquais en justice en lui demandant 44 millions de dollars en compensation ? Après je pourrais racheter Twitter et le rendre à quelqu’un d’autre ! »

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Depuis ce samedi, tous les yeux sont rivés sur le compte @realDonaldTrump, à l’affût de la moindre activité. Ce compte attribué au « 45e président des États-Unis d’Amérique », et qui vient d’annoncer sa candidature pour 2024, est doté de la désormais fameuse vignette sur fond bleu censée garantir qu’il a été vérifié.

Le dernier message date du 8 janvier 2021, le milliardaire y fait savoir qu’il n’ira pas à la cérémonie d’investiture du président Joe Biden, dont il ne reconnaît pas l’élection. Le même jour, Twitter avait fermé de manière permanente le compte de l’ancien président, comptant alors 88,8 millions d’abonnés, face au « risque de nouvelles incitations à la violence ». La plate-forme l’avait déjà suspendu le 6 janvier, après l’envahissement du Capitole par ses partisans.

Donald Trump, qui avait comme personne su utiliser Twitter pendant sa présidence pour dicter l’agenda médiatique, en bombardant la plate-forme de déclarations virulentes et d’annonces choc du matin au soir, pourra-t-il résister au gazouillis de l’oiseau bleu où quelque 87 millions d’abonnés le suivent ?

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi