Elliot Page et sa transidentité : l'acteur se sent enfin "pleinement lui”

·1 min de lecture

Elliot Page ne se cache plus. Depuis son coming out transgenre sur les réseaux sociaux, annoncé en décembre dernier, l’acteur canadien se sent désormais lui-même : bien dans sa peau, bien dans sa tête. Trois mois après sa révélation, celui qui incarne Vanya Hargreeves dans la série Umbrella Academy, disponible sur Netflix, s’est livré sans détour sur sa nouvelle identité au Time Magazine, qui lui a consacré sa Une ce mardi 16 mars. “J’ai enfin été capable d’assumer d’être transgenre et de me laisser pleinement devenir qui je suis”, a-t-il révélé.

Depuis ce jour, Elliot Page affronte le regard des autres sans difficulté. Mais le chemin a été long avant de pouvoir assumer sa transidentité. Alors, comment a-t-il trouvé le courage de révéler son plus grand secret ? La pandémie ne serait guère étrangère à sa décision, puisqu’elle lui a permis de réaliser une longue introspection sur son genre. “J'ai eu beaucoup de temps, seul, pour vraiment me concentrer sur des choses que, je pense, j'évitais inconsciemment”, a-t-il expliqué à l’hebdomadaire. La “honte” et “l’inconfort” qu’Elliot Page ressentait quand il se présentait encore comme une femme se sont alors envolés. Ce, même si sa prise de parole a été décriée par bon nombre d’internautes, issus de milieux conservateurs comme féministes selon le Courrier international. Des retours négatifs auxquels Elliot Page s’attendait, comme il l’a expliqué au magazine amércain. “Je m'attendais à beaucoup de soutien et d'amour, et à une quantité énorme (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Penélope Cruz : que devient sa petite soeur, Monica ?
Les conversations privées de Harry et William dévoilées par une amie de Meghan : une stratégie qui interroge
Annie Cordy : qui est sa nièce Michèle qui défend sa mémoire ?
Jeane Manson membre d'une secte pédophile ? La chanteuse dénonce un "propos perfide et faux" de Coline Berry
« Il se vante d’échanger avec Emmanuel Macron pendant The Voice » : pourquoi le journaliste Cyril Graziani fait grincer des dents