Elliot Page se confie sur les années qui ont précédé sa transition

Dépression intense, anxiété, attaques de panique... Elliot Page sur les années qui ont précédé sa transition (Photo: Esquire)
Dépression intense, anxiété, attaques de panique... Elliot Page sur les années qui ont précédé sa transition (Photo: Esquire)

En une du magazine américain "Esquire", Elliot Page est revenu dans une longue interview sur son enfance, et ses années de mal-être avant sa transition et sa vie actuelle

TRANSITION - “Je me battais avec la nourriture. Dépression intense, anxiété, crises de panique sévères. Je ne pouvais pas fonctionner.” Dans une longue interview accordée au magazine américain Esquire, Elliot Page est revenu sur les années -et les difficultés- ayant précédé sa transition, entamée publiquement en 2020.

Né au Canada en 1987, il témoigne notamment du harcèlement dont il a été victime enfant. Lors de ses années collège, il change d’établissement scolaire chaque année, mais rien ne change pour autant.

“Le harcèlement vous met dans une situation où, plus tard, vous avez tellement de choses à désapprendre, souligne-t-il. Si l’on se moque de vous, que l’on vous traite de tous les noms au quotidien, il est impossible que cela ne pénètre pas en vous, surtout si vous ressentez déjà beaucoup de honte. Il suffit que quelqu’un ouvre la bouche pour que vous la ressentiez déjà.”

“Je ressemblais aux autres garçons, ce que j’étais”

Il joue au foot avec ses camarades de classe. Jusqu’au jour où les groupes sont séparés en fonction du genre. Et qu’il se retrouve du côté des filles. “J’étais si désemparé, si démesurément désemparé. J’ai crié à ma mère: “S’il te plaît, encore une année, encore une année!” (...) Je ressemblais aux autres garçons, ce que j’étais.” Elliot Page continuera à jouer au football pendant des années, mais “l’amour pour le sport [n’est] plus là.”

Des années plus tard, si en public sa carrière s’envole, avec le succès mondial du film Juno, en 2007, en coulisses l’acteur ne va “pas bien”. “J’aimerais que les gens comprennent que cette merde a littéralement failli me tuer”, affirme-t-il.

A l’époque, l’acteur ne sait pas vers qui se tourner pour parler de son mal-être. “Au début de ma vingtaine, je ne savais pas comment dire aux gens à quel point j’étais malade, se souvient-il. Je pense à des moments où les gens m’ont dit: “Non, tu dois porter une robe” à des moments très, très, très importants.” Comme lors de la Première de Juno au Festival international du film de Toronto, à laquelle il souhaitait porter un costume.

“Je ne pouvais pas fonctionner”

Au fil des années, son mal-être grandit. Sur le tournage du film “Inception” (2010), il ne parvient pratiquement pas à quitter l’hôtel dans lequel il se trouve. “Je me battais avec la nourriture. Dépression intense, anxiété, crises de panique sévères. Je ne pouvais pas fonctionner”, témoigne encore Elliot Page.

“Certains jours, je n’avais qu’une seule réunion, je quittais ma maison pour m’y rendre et je devais faire demi-tour, admet-il. J’étais incapable de lire un scénario -je ne pouvais pas. Lire est l’une des choses que je préfère faire. Je ne pouvais pas lire, je ne pouvais pas aller au bout d’un paragraphe.”

À certaines périodes de sa vie, il perd beaucoup de poids, subit des crises d’angoisse et s’effondre plusieurs fois. “Toutes ces choses qui pourraient très facilement conduire à la mort et qui le font statistiquement, reconnaît-il. Tout cela est une manifestation de ce traumatisme et de ce malaise qui est un problème disproportionné pour les personnes transgenres.”

En 2014, Elliot Page fait son coming-out gay, et en 2020, son coming-out trans. Il ne s’attendait pas alors à ce que les réactions soient si fortes. “J’ai reçu de l’amour et du soutien de la part de nombreuses personnes et de la haine, de la cruauté et du vitriol de la part de tant d’autres, se confie-t-il. La transphobie est juste tellement, tellement, tellement extrême. La haine et la cruauté sont tellement plus incessantes.”

“Qu’est-ce que j’ai appris de ma transition? Je n’exagère pas le fait que la plus grande joie, c’est vraiment de se voir soi-même. Je sais que j’ai l’air différent des autres, mais pour moi, je commence tout juste à me ressembler.”

Elliot Page travaille en ce moment sur ses mémoires qui devraient sortir en 2023 sous le titre de “Pageboy”.

À voir également sur Le HuffPost: Avant Miss France 2022, Miss Trans France appelle à plus de modernité

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

VIDÉO - Le personnage d'Elliot Page de The Umbrella Academy fera son coming out en tant que transgenre

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles