Ellen Pompeo : pourquoi la 17e saison de Grey's Anatomy pourrait bien être la dernière

·1 min de lecture

Ellen Pompeo va-t-elle rendre sa blouse blanche et son stéthoscope après 17 années de bons et loyaux services et entraîner avec elle tout le Grey Sloan Memorial Hospital ? Dans une nouvelle interview, Ellen Pompeo a évoqué la possibilité d'en finir avec Grey’s Anatomy après la 17e saison à venir. « Nous ne savons pas encore quand la série se termine vraiment. Mais la vérité est que cette année pourrait être la dernière », a déclaré l'actrice de 50 ans à Variety dans une interview publiée ce mercredi 28 octobre. « Je me bats constamment pour que la série soit aussi bonne qu'elle peut l'être. En tant que productrice, j'ai l'impression d'avoir la permission de le faire. Je veux dire, c'est la dernière année de mon contrat en ce moment. Je ne sais pas si c'est la dernière année [de la série] mais cela pourrait très bien l'être. »

Ellen Pompeo incarne Meredith Grey depuis le début de la série en 2005. La créatrice du show Shonda Rhimes et elle ont souvent évoqué ensemble la fin de Grey's Anatomy. Pour la showrunner, les choses ont toujours été claires : le jour où la star décide de s'arrêter, le rideau tombe sur l'ancien Mercy Hospital. Consciente de l'impact de ses propos, Ellen Pompeo s'est voulue rassurante : « Je ne prends pas la décision à la légère. Nous employons beaucoup de personnes et nous avons une immense plateforme. Et j'en suis très reconnaissante. Vous savez, je suis juste en train de réfléchir de manière créative à ce que nous pouvons faire », a déclaré la maman de (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Kim Glow : après sa prédiction sur le confinement, elle annonce sa candidature à la présidentielle
Philippe Etchebest : de plus en plus inquiet face aux conséquences de la crise pour les restaurateurs
Ghislaine Arabian criblée de dettes : l'ancienne jurée de Top Chef ne s'en sort plus financièrement
Renaud : pourquoi son frère David Séchan est encore inquiet
Marine Lorphelin : son message alarmant sur la deuxième vague de coronavirus