Elle vient pour un banal examen médical et perd ses quatre membres

·2 min de lecture
Une femme a été amputée des quatre membres des suites d'un examen médical

Une quadragénaire habitant dans le Gard a vu sa vie basculer à l’âge de 40 ans lorsqu’elle a été amputée des quatre membres. Elle venait initialement passer un simple examen de l’estomac.

Les hôpitaux ne sont pas toujours les endroits les plus sûrs du monde. Stéphanie Pisciotta, une habitante de Manduel en a fait la terrible expérience, rapporte Midi-Libre. En 2015, alors qu’elle était âgée de 40 ans, cette mère de deux enfants est entrée à la polyclinique de Nîmes pour une simple examen médical dont elle est ressorti avec une maladie nosocomiale, un type d’infection qui se contracte au cours d’un séjour dans un établissement médical. Un an après, on a dû l’amputer de ses quatre membres.

Tandis que la maladie commence à nécroser ses organes, le personnel médical lui administre de la pénicilline. Seul problème, la Gardoise y est allergique, comme l’indique son dossier médical. Il a fallu que ce soit la famille de la patiente qui prévienne les soignants, après que Stéphanie a déclenché un œdème de Quincke.

Du coma à l’amputation

Deux jours plus tard, la jeune femme est transférée au CHU de Nîmes entre la vie et la mort. Si bien que les médecins préviennent sa famille qu’elle ne verra peut-être pas le matin arriver. Pourtant, Stéphanie survit, au prix de l’ablation d’une partie de son estomac. Malgré cela, il est malheureusement trop tard pour sauver les extrémités de son corps, qui lui sont toutes amputées en 2016. Depuis, sa vie a basculé.

"J’ai perdu mes membres, mon mariage, mon travail. Je ne suis jamais retournée dans mon ancien domicile à Lunel-Viel et toute ma famille a été impactée", raconte-t-elle au Midi-Libre. Stéphanie n’a pourtant pas renoncé à la vie. Grâce au soutien de ses proches et de son amie Caroline, elle se lance dans une rééducation lourde afin de remarcher avec des prothèses plutôt que de se retrouver en fauteuil.

Une lente reconstruction

Avec l’indemnisation de Office National d’Indemnisation des Accidents Médicaux, elle parvient même à acheter une voiture et une maison adaptées à ses besoins, même si des travaux restent à faire. De quoi permettre à ses deux enfants de vivre une vie aussi normale que possible, le principal objectif de Stéphanie. Une procédure judiciaire à l’encontre de l’hôpital est cependant toujours en cours.

Enfin, la quadragénaire a décidé de lancer une association pour sensibiliser les jeunes aux différents types de handicaps. Elle explique : “J’ai vraiment besoin de m’investir pour trouver un sens à ma vie. Je ne peux pas juste rester dans mon canapé. Mon handicap, j’ai décidé d’en faire ma force." Et on ne peut qu’admirer cela.

Ce contenu peut également vous intéresser

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles