Elle survit miraculeusement à une bactérie "dévoreuse" de chair

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
(Virojt Changyencham via getty images)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Une habitante de Haute-Savoie a raconté au Dauphiné Libéré son combat de dix mois contre deux infections mortelles qui aurait dû lui coûter la vie.

"Je suis une miraculée", estime Aurélie Léonard, une habitante de Saint-Paul-en-Chablais, en Haute-Savoie, dans les colonnes du Dauphiné Libéré. Et pour cause, cette mère de famille de 38 ans a passé plusieurs mois à l’hôpital dont 33 jours dans le coma. Elle est aujourd’hui guérie après avoir été infectée par une bactérie rare, la fasciite nécrosante aussi surnommée bactérie "dévoreuse de chair", et un champignon, appelé mucormycose.

Tout commence le 23 décembre 2020 lorsque la trentenaire ressent une douleur insoutenable à l’épaule et se sent fiévreuse. Son médecin lui diagnostique un claquage et lui prescrit des anti-inflammatoires. Deux jours plus tard, elle remarque un "énorme hématome bleu, violet et jeune" sous son aisselle. Inquiète, Aurélie se rend aux urgences où elle est gardée en observation. Les hématomes ne font que grossir. "Les médecins traçaient des lignes au crayon pour observer l’évolution. En réalité, mes tissus étaient en train de nécroser", explique la mère de famille.

34 opérations pour s’en sortir

Le diagnostic du mal qui la ronge est posé lors de son transfert à l’hôpital d’Annecy : elle est atteinte de la "maladie dévoreuse de chair" qui s’attaque à sa peau et qui peut conduire à l’amputation des membres. Ses chances de survie sont alors de 50%.

Après une première opération, elle est plongée dans un coma artificiel puis transférée à Lyon pour pouvoir bénéficier d’un traitement. Une seconde infection, à un champignon mortel cette fois, lui est diagnostiquée. Si on ignore comment elle a attrapé la première bactérie, le champignon l’aurait probablement infecté durant son hospitalisation.

Au total, Aurélie Léonard est opérée 34 fois. Un de ses seins lui a été retiré ainsi que trois de ses côtes. Mi-septembre, elle a enfin pu sortir de l’hôpital et retrouver les siens. Sa peau étant abîmée "au niveau du tronc et du dos", elle doit désormais accepter son nouveau corps "mutilé".

VIDÉO - Un Américain tué par "des bactéries mangeuses de chair" 48 h après une baignade

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles