Elle meurt du Covid à 19 ans après plusieurs appels au Samu, on lui avait dit de prendre du Doliprane

·2 min de lecture
Une jeune femme de 19 ans est morte du Covid-19 en trois jours

Une jeune femme de 19 ans est morte du Covid-19 en moins de trois jours. Ses proches avaient pourtant contacté le Samu de l’Essonne à trois reprises avant qu’il n’intervienne, trop tard. Une enquête a été ouverte par le parquet.

Voilà une affaire qui pourrait faire du bruit au moment où les mesures sanitaires se détendent dans tout le pays. Au cours du week-end du 1er mai, une jeune habitante de l’Essonne est en effet morte en moins de 72h après avoir contracté le Covid-19, comme le rapporte nos confrères du journal Le Parisien. Les proches de la jeune femme âgée de 19 ans avaient pourtant appelé les services du Samu à trois reprises sans qu’ils interviennent.

Le premier appel a eu lieu le vendredi alors que la jeune femme avait du mal à respirer, avait de la fièvre et vomissait. À ce moment-là, la personne au bout du fil rassure ses proches, explique qu’il s’agit des débuts des symptômes et les invite à donner du Doliprane à la patiente. Le second appel a lieu le samedi, l’état de la jeune fille s’est dégradé mais le Samu décide malgré tout de ne pas intervenir. Le dernier appel de la famille date du dimanche à 21h alors que la victime vomit du sang et affiche une température de 40°. Une fois encore, un nouvel opérateur conseille du Doliprane. La jeune femme est morte quelques heures plus tard.

VIDÉO : dans les hôpitaux, les patients admis sont de plus en plus jeunes :

Plusieurs enquêtes en cours

Au moment de constater le décès de la jeune victime, les policiers ont décidé de prévenir le parquet à cause de son âge. Et ce malgré le fait que le médecin du Samu, finalement intervenu en urgence à 3h du matin, n’ait pas délivré d’obstacle médico-légal (OML). C’est ce dernier qui déclenche des recherches approfondies en cas de mort suspecte. Une enquête a donc été ouverte pour déterminer les causes précises de la mort et attribuer d’éventuelles responsabilités. Une seconde enquête a été ouverte en interne au Samu. Enfin, une analyse sera établie et remise à l’Agence régionale de santé à laquelle est rattaché le centre du Samu concerné.

Ce contenu peut vous intéresser

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles