Elle fait 5 000 kilomètres par amour, elle est tuée et ses organes volés

L'amoureux en ligne s'est avéré être un trafiquant d'organes humaines - Getty Images/iStockphoto (Getty Images/iStockphoto)

Une Mexicaine de 51 ans a disparu après avoir parcouru 5 000 kilomètres pour rencontrer un homme avec qui elle entretenait une relation en ligne. Son corps a été découvert vidé de ses organes quelques jours après son arrivée.

Affaire atroce entre le Mexique et le Pérou. Blanca Arellano, une femme de 51 ans, a été retrouvée morte, vidée de ses organes, sur une plage de la ville péruvienne de Huacho, rapporte le site news.com.au. Elle s’était rendue sur place depuis son Mexique natal pour rencontrer un homme du nom de Juan Pablo Villafuerte, dont elle s’était éprise en ligne. Il est suspecté d’être à l’origine de sa mort.

Entre Blanca Arellano et Juan Pablo Villafuerte, tout avait pourtant bien commencé. À la manière d’une idylle numérique comme Internet sait si bien en créer. Elle au Mexique, lui au Pérou, ils échangeaient depuis des mois. Au point de leur donner envie de se rencontrer et de convaincre la quinquagénaire de parcourir les 5 000 kilomètres qui les séparent. Ce qu'elle finit par faire. Mais une fois sur place, les choses tournent mal pour l’amoureuse.

Un trafic d’organes humains

Si on ne connaît pas encore le déroulement exact des faits, il semblerait que Blanca n’ait pas donné de nouvelles à qui que ce soit depuis le 7 novembre 2022. Selon sa nièce, qui lui a parlé ce jour-là, elle n’avait pas l’air inquiète lors de leur conversation. Elle lui aurait dit que tout se déroulait bien et qu’elle était amoureuse. Après plusieurs jours de silence total de sa tante, Karla finit tout de même par passer un appel en ligne pour aider à localiser Blanca. Elle ne se contente d’ailleurs pas de ça puisqu’elle contacte aussi Juan, qui lui indique que sa tante s’ennuyait, qu’il ne pouvait pas lui donner la vie qu’elle voulait et qu’elle avait donc décidé de rentrer chez elle.

Malheureusement, quelques jours plus tard, le 10 novembre, les policiers péruviens découvrent un doigt coupé, sans empreinte digitale mais avec un anneau en argent. Le lendemain, ils mettent la main sur une tête sans visage et sur un bras. Le troisième jour, c’est un torse vidé de ses organes qui est retrouvé. Tous appartiennent à Blanca. Juan Pablo Villafuerte, qui nie toute implication malgré le sang retrouvé chez lui, a été arrêté. Il est poursuivi pour trafic d’organes humains.

VIDÉO - Meurtre de Lola: pour l'avocat de la principale suspecte, "le trafic d'organes n'est pas un sujet et ne fait pas partie des débats"