Elizabeth II utilisée pour humilier Emmanuel Macron : ce mauvais coup de Boris Johnson

·1 min de lecture

Pour Boris Johnson, la vengeance est un plat qui se mange froid. Le Premier ministre britannique a décidé de convier des dirigeants de grandes entreprises en octobre prochain, dans le cadre d'une conférence sur le changement climatique. Un événement qui se déroulera au château de Windsor, lieu stratégiquement choisi par Boris Johnson, qui a prévu d'accueuillir ses convives au côté de l'atout le plus précieux du Royaume-Uni, la reine Elizabeth II. Si cette invitation paraît a priori anodine, le chef du gouvernement britannique a surtout souhaité faire un pied de nez à Emmanuel Macron.

Deux ans plus tôt, le président français mettait les petits plats dans les grands au château de Versailles pour recevoir 150 grands patrons du monde entier, afin de mettre en lumière l'attractivité et la compétitivité économique de la France. L'occasion pour Emmanuel Macron d'attirer les entreprises qui penseraient à prendre le large de la Grande-Bretagne, en marge du Brexit. Pendant qu'Emmanuel Macron jubilait, Boris Johnson ruminait sur cet affront.

Conscient de l'aura international de la reine Elizabeth II, Boris Jonhson a mis toutes les chances de son côté pour séduire les grands patrons. Si la souveraine n'a pas de pouvoir politique en tant que tel, son influence et son aura pèsent régulièrement dans les débats. "La Reine règne, mais elle ne gouverne pas", avait déclaré le journaliste politique Walter Bageho. Une maxime qu'a bien retenu Boris Johnson, au grand dam d'Emmanuel Macron.

Lire la suite sur le site de GALA

Jean-Luc Reichmann : sa vie de couple repose sur deux piliers
VIDEO - Babette de Rozières furieuse après Pierre-Jean Chalençon et les dîners clandestins : "Il faut sanctionner !"
Kate Middleton ne se prend pas pour une célébrité : ces leçons qu'elle a tirées de Diana
Rania de Jordanie et sa descendance illégitimes ? Explications sur une succession inhabituelle
Petite fête au ministère de l’Enseignement supérieur : la vidéo qui embarrasse