Comment Elizabeth II a sauvé William de la dépression après le divorce de Charles et Diana

·1 min de lecture

Au moment de sa séparation très médiatisée avec le prince Charles au milieu des années 90, Lady Diana a tout fait pour protéger ses enfants. Mais William, particulièrement fragilisé par le divorce de ses parents, a également pu compter sur le soutien d'Elizabeth II raconte l'historien britannique Robert Lacey dans son livre Battle of brothers. Ce mardi 20 octobre, Us Weekly a publié plusieurs extraits de cet ouvrage qui se penche sur les racines de la brouille entre William et Harry, des extraits dans lequel l'auteur dévoile comment la reine a sauvé son petit-fils lors de cette période difficile de son adolescence.

"C'était trois ans après la séparation de ses parents - juste deux ans avant la mort de Diana - et la reine s'inquiétait de l'état d'esprit de William" écrit Robert Lacey. "La souveraine a confié à l'un de ses conseillers qu'elle craignait vraiment que le garçon ne fasse très bientôt une dépression nerveuse, à l'image de la mère du prince qui avait elle-même clairement craqué mentalement à plusieurs égards". Entre boulimie et tentative de suicide, la princesse Diana a en effet combattu de nombreux démons durant son mariage avec Charles.

A l'époque, le prince Philip "partageait les inquiétudes de son épouse" et a donc "suggéré" à son épouse d'intervenir "en essayant de se rapprocher du jeune garçon, qui n'était pas seulement son fragile petit-fils mais aussi l'un des héritiers de sa Couronne". Dès lors, la reine a décidé de recevoir chaque dimanche William pour un déjeuner (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Melania Trump "convalescente" : la First Lady partisane du moindre effort ?
Kate Middleton : pourquoi elle a effrayé les ex de Harry, Chelsy Davy et Cressida Bonas
Business de Johnny Hallyday : Laeticia reprend la main et annonce de grands projets
Brigitte et Emmanuel Macron : ces étreintes clandestines dans le dos du frère de la Première dame
Kate Middleton : son plan B, si elle n’avait pas "menotté" William