Elizabeth II, prince Charles : découvrez le nom de code qui leur est réservé pour leur mort

·1 min de lecture

Les fans de la famille royale l'attendaient avec impatience, c'est désormais chose faite : la quatrième saison de la série événement The Crown est disponible depuis ce dimanche 15 novembre sur Netflix. Une saison très attendue, et pour cause : cette nouvelle fournée d'épisodes marque l'arrivée de la princesse Lady Diana dans l'histoire de la série. Mais ce n'est pas tout, évidemment. Les fans le savent : The Crown est haletant, et d'autres péripéties s'ajoutent à cette série qui promet, à chaque fois, d'être riche en émotion. Par exemple, dans le neuvième épisode, c'est le choc : le prince de Galles est victime d'une avalanche alors qu'il est en vacances en Suisse avec des amis. Sa disparition déclenche "l'opération du pont Menai", ou Operation Menai Bridge, dans la langue de Shakespeare. Comme l'explique le site Histoires Royales, "des noms de code ont été mis au point pour déclencher le protocole militaire et civil de funérailles royales", et tous portent le nom d'un pont, attribué à chaque membre de la famille.

Pourquoi des noms de ponts ? "Les funérailles symbolisent un passage", souligne Histoires Royales, puisque chaque fois qu'un membre de la famille royale décède, un autre doit prendre sa place. Ces codes sont mis en place pour savoir exactement quoi faire lors du décès d'un membre de la famille royale : qui doit officialiser la nouvelle, prévenir le Premier ministre et les différentes institutions, et ainsi préparer le futur de la monarchie dans les règles.

Chaque membre (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Aya Nakamura amoureuse : qui est son compagnon et producteur Vladimir Boudnikoff ?
Lady Di : l'enquête sur son interview de 1995 est une bonne chose, selon le prince William
Jean-Pierre Pernaut : sa remplaçante Marie-Sophie Lacarrau arrive plus tôt que prévu sur le plateau du 13 heures
Balthazar : qui est Côme Levin, l’interprète d’Eddy, l’assistant de Balthazar ?
Brigitte Bardot : ses propos sur la Covid-19 risquent de choquer